L'Anjou Agricole 29 novembre 2018 à 13h00 | Par AA

Patricia Maussion : “L’agriculture biologique n’est plus un marché de niche”

Patricia Maussion, 50 ans, brigue un 3ème mandat à la Chambre d’agriculture de Maine-et-Loire. Agricultrice dans le Segréen, élue au Conseil régional, ses deux dossiers prioritaires sont la formation et l’agriculture biologique. Portrait.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Patricia Maussion est agricultrice à Loiré (49), en agriculture biologique (100 ha, 75 vaches montbéliardes, séchage du foin en grange).
Patricia Maussion est agricultrice à Loiré (49), en agriculture biologique (100 ha, 75 vaches montbéliardes, séchage du foin en grange). - © AA

« Deux choses me paraissent importantes, lorsqu’on prend des responsabilités : il faut garder les pieds dans les bottes et que l’exploitation tienne la route. Je trais mes vaches tous les matins, le soir aussi quand je peux », témoigne Patricia Maussion, éleveuse à Loiré. Entrée dans le syndicalisme au bureau des Jeunes agriculteurs (CDJA) en 1993, elle pensait  «  rentrer tranquillement » chez elle. Il en a été autrement, puisqu’elle n’a cessé d’enchaîner les responsabilités : élue Chambre depuis 2007, conseillère régionale depuis 2015, où elle est vice-présidente de la commission agriculture, adjointe au maire de Loiré, présidente du CFPPA* de Segré...

" La formation, il faut la considérer comme un investissement sur l'exploitation"


Patricia Maussion s’investit particulièrement sur la formation : « lors de mon premier mandat à la Chambre, rappelle-t-elle, nous avons beaucoup travaillé sur le volet multi-performance des exploitations, nous nous sommes attachés à intégrer les trois piliers du développement durable dans chacune des formations ». Le 2ème mandat a été davantage axé sur l’adaptation au changement climatique, la résilience des systèmes. La formation, insiste Patricia Maussion, « il faut la considérer comme un investissement sur l’exploitation. Cela fait partie intégrante du métier d’agriculteur. Se former permet d’anticiper et de ne pas attendre que les choses nous tombent dessus ! ».

Près de 9 % de la surface agricole du département en bio

Avec près de 9 % de la surface agricole départementale en bio, l’agriculture biologique n’est « plus un marché de niche, mais une production à part entière qu’il faut accompagner dans le département », considère-t-elle.  « Il faut y aller progressivement, pour que l’agriculteur soit convaincu de ce qu’il fait ». Outre la conversion, le travail de la Chambre porte sur la structuration des filières et l’innovation-recherche-développement, car « structurer le marché est indispensable pour garantir un prix aux agriculteurs qui optent pour la bio ».

S.H.
* Centre de formation professionnelle pour adultes.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui