L'Anjou Agricole 29 août 2019 à 14h00 | Par AA

Perrine mène seule son troupeau de limousines

Agée de 27 ans, Perrine Sourice a repris un élevage de limousines au 1er janvier 2018, au Puiset-Doré (Maine-et-Loire). La jeune femme, mordue de génétique, présentera deux jeunes animaux à Festi’élevage, les 7 et 8 septembre à Chemillé-en-Anjou.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Perrine Sourice est à la tête d’un troupeau de limousines en naisseur-engraisseur, inscrit au Herd-book. Elle participe à Festi'élevage 2019.
Perrine Sourice est à la tête d’un troupeau de limousines en naisseur-engraisseur, inscrit au Herd-book. Elle participe à Festi'élevage 2019. - © AA

Un moment tentée par l’élevage équin, Perrine Sourice s’est finalement orientée vers les vaches. Mais « seulement celles à viande », précise d’emblée la jeune femme, qui a eu la chance, il y a quelques années, d’aller faire un stage auprès des taureaux et chevaux de la manade Paul Ricard, en Camargue...

C’est dans une exploitation des Mauges que cette Angevine s’est installée, en janvier 2018. Une ferme qui lui convient en bien des points de vue. D’abord, un troupeau de limousines (55 vêlages) inscrit au herd-book, d’un bon niveau génétique, avec des « vêlages faciles » et des « vaches  calmes, qui se laissent caresser ». Ensuite, un atelier volailles composé de 2 bâtiments de 400 m2, en poulet fermier label rouge : une production qu’elle apprécie mener et qui assure tout de même 61 % du chiffre d’affaires de la ferme. Enfin, une surface de 74 hectares d’un seul tenant autour du siège d’exploitation, un atout indéniable lorsqu’on s’installe seule : « j’ai juste deux routes à traverser, et je gère sans problème le passage des animaux », détaille la jeune éleveuse.

Une longue réflexion
De parents non agriculteurs (ses grands parents et son oncle l’étaient) Perrine Sourice s’est installée après quelques années de salariat. Sa formation et ses stages ont nourri « une longue réflexion avant de se décider ».

Passionnée de génétique, l’éleveuse est fière d’avoir fait entrer un mâle à la station nationale de qualification limousine de Lanaud (87). Cette année, ce sera sa première participation en tant qu’éleveuse à Festi'élevage. Elle a prévu d’y amener 2 animaux : un mâle d’1 an, Obispo, un temps pressenti pour Lanaud. Elle amènera aussi une femelle, Otoile, âgée d’1 an et fille du taureau de l’exploitation, Lagaf. « Lagaf a été acheté à la station de Lanaud, peu avant mon installation, détaille l’éleveuse. Il a 104 d’Ivmat et a l’avantage de faire des veaux plutôt petits à la naissance ».
S.H.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a un sentiment de déconsidération qui est spectaculaire.

a déclaré Jérôme Despey, secrétaire général de la FNSEA, évoquant le « mal-être » général des agriculteurs, et notamment l’incendie qui a touché une exploitation

Le chiffre de la semaine
105 318
C'est le nombre de visiteurs qu'a accueilli le Space pour l'édition 2019.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui