L'Anjou Agricole 23 mars 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Perte de confiance prononcée chez les producteurs

Près de 120 producteurs étaient présents, lundi 20 mars, à Beaupréau-en-Mauges (Pin-en-Mauges) pour l’assemblée générale de l’association ligérienne (section de l’APLBL*).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La grille de prix, nouvelle décision imposée aux producteurs, alimente la perte de confiance en l’entreprise.
La grille de prix, nouvelle décision imposée aux producteurs, alimente la perte de confiance en l’entreprise. - © AA

Les producteurs de l’association ligérienne (section de l’APLBL) se sont réunis dans un climat tendu suite à l’annonce de Lactalis de mettre en place une nouvelle présentation de la grille tarifaire.


Renégocier en OP
Concernant la renégociation du contrat, il est conseillé de se rapprocher des OP pour une négociation collective. Alors que les organisations de producteurs travaillent et négocient avec les représentants de l’entreprise sur un accord cadre comme le prévoit la Loi sapin 2, Lactalis propose un avenant au contrat aux producteurs non adhérents d’OP pour se mettre en conformité avec la réglementation.
Dominique Godard, président de l’association ligérienne, prévient les producteurs :
« en aucun cas, les producteurs n’ont l’obligation de signer cet avenant, il faut qu’ils le fassent expertiser par un service juridique avant de le signer. S’ils souhaitent bénéficier de la négociation collective en cours sur un accord cadre, je les invite à se rapprocher d’une organisation de producteurs. Seuls, ils ne pourront rien négocier. »

Gestion des volumes : anticiper les besoins
Les producteurs Lactalis ont connu les transferts de volume contractuel qui ont permis à certains de se restructurer.
Aujourd’hui, il y a une période de flottement mais pour Dominique Godard, « il y aura des possibilités à l’avenir. Avec la pyramide des âges, nous pourrons bénéficier de volumes gratuits. » Une enquête va donc être lancée par l’OP sur les besoins des producteurs avec l’objectif de négocier avec l’entreprise un système de redistribution en corrélation avec les besoins des producteurs et de l’entreprise.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 24 mars 2017.

* Association des producteurs de lait bretons Lactalis.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Il y a une réelle envie d’aller de l’avant.

selon Éric Thirouin, secrétaire général adjoint de la FNSEA, à propos de la rencontre du 13 juillet avec le Corena (Comité de rénovation des normes en agriculture)

Le chiffre de la semaine
12 327 €
D’après une étude du réseau AS et des Chambres d’agriculture, le résultat courant moyen par UTA 2017 (Unité de travail agricole) des entreprises agricoles de l’Ouest et du Centre, s’élève à 12 327 euros. Un chiffre en baisse par rapport à 2016.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui