L'Anjou Agricole 10 février 2016 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Phyto : la FNA appelle au dialogue « sur des bases factuelles et scientifiques »

La Fédération du négoce agricole (FNA), tout en taclant le 8 février les «idées reçues» de Stéphane Le Foll sur les phytos, invite le ministre au dialogue « sur des bases factuelles et scientifiques».

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Les CEPP (Certificats d’économie de produits phytosanitaires) sont particulièrement visés. « En stigmatisant les pesticides, Stéphane Le Foll veut créer et imposer un nouvel impôt aux agriculteurs et distributeurs français : c’est la taxe sur les CEPP, considère la fédération. Ce projet va aggraver la crise agricole actuelle et accentuer la méfiance des acteurs agricoles vis-à-vis du ministère de l’Agriculture. »

 

Parmi « six idées reçues » attribuées à Le Foll, la FNA évoque la soi-disant non sur-transposition européenne dans Ecophyto : « l’Europe elle-même ne demande ni d’aller aussi loin dans la sur-règlementation, ni de créer une nouvelle taxe ». « Aucun grand pays agricole ne s’est engagé dans la voie des CEPP. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.