L'Anjou Agricole 07 février 2019 à 09h00 | Par AA

Phyto : séparation de la vente et du conseil

Une 4e version de l’ordonnance de séparation de la vente et du conseil vient de paraître. Malgré quelques amendements, la distribution maintient son opposition au texte. Le point avec un dirigeant de Coop de France et des représentants du négoce angevin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
La séparation de la vente et du conseil de produits phytos devrait s’appliquer à partir du 1er janvier 2021.
La séparation de la vente et du conseil de produits phytos devrait s’appliquer à partir du 1er janvier 2021. - © JC GUTNER

« On reste opposé à ce projet. » Par la voix de son vice-président Métiers du grain, Christophe Grison, l’union Coop de France fait savoir qu’elle ne désarme pas. Prévue dans le cadre de la loi Egalim, l’ordonnance relative à la séparation de la vente et du conseil a fait l’objet mardi 29 janvier d’une nouvelle réécriture. La quatrième en six mois. A l’arrivée, toujours la même levée de boucliers du côté des coopératives et des négoces.

L’ordonnance modifie en profondeur le fonctionnement des Certificats d’économies de produits phytopharmaceutiques. Mis en place en 2017, pour une durée de 5 ans et demi, ce dispositif contraint les distributeurs de phytos, en proportion des volumes de produits écoulés, à mettre en place chez leurs adhérents ou clients des actions alternatives aux traitements chimiques : biocontrôles, plantes compagnes, outils d’aide à la décision, etc. Dans la nouvelle version, les pénalités financières en cas de non atteinte des objectifs sont supprimées, en échange d’un lien entre les efforts mis en œuvre pour les atteindre et la délivrance des agréments aux entreprises de vente et de conseil.

En l’état, la date d’entrée en vigueur du texte est fixée au 1er janvier 2021. « Ce n’est pas tenable, argue Christophe Grison. Il faut au moins un an de plus pour conduire de tels changements. »

L’ordonnance sera soumise à consultation publique dans les jours qui viennent, puis à l’avis du Conseil d’Etat. Quoi qu’il arrive, les négociants s’adapteront. En mode volontariste : « les exploitants viendront toujours nous demander du conseil, parce qu’il est difficile de s’affranchir de la préconisation technique attachée à un produit phyto. Mais surtout, nous réclamons une accélération de la mise en marché de solutions alternatives », appuie Denis Pelé, directeur de la société de négoce angevine Pelé Agri Conseil et président de Négoce Ouest, le comité régional lié à la Fédération nationale du négoce agricole (FNA).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui