L'Anjou Agricole 05 mars 2018 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pierre Moscovici : « Nous ne braderons pas les intérêts de l’agriculture française »

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Etienne Ansotte/CE

Venu au Salon de l’agriculture pour « écouter et rencontrer » les agriculteurs vendredi 2 mars, le Commissaire européen aux affaires économiques et monétaires a cherché à calmer les craintes de la filière bovine, opposée à la perspective d’un accord de libre-échange avec le Mercosur. « Il est hors de question qu’un accord avec le Mercosur déstabilise la filière agricole française », a-t-il déclaré, jugeant que la politique commerciale européenne dans son ensemble est « favorable à la filière bovine », que ce soit à travers les exemptions de droits de douanes au Canada ou au Vietnam. « Il s’agira toujours d’une ouverture maitrisée et contrôlée sur la base d’un volume défini à l’avance », a-t-il promis, rappelant que les volumes de bœufs actuellement en discussion sont « très inférieurs à ceux qui étaient sur la table en 2004 ».

Concernant les rumeurs sur de possibles baisses du budget de la future Pac, il a réaffirmé sa « conviction que la Pac va rester une politique centrale de l’Union ». « Il faut un montant du budget européen qui soit adapté si nous voulons garder le niveau de nos ambitions », a-t-il précisé, jugeant qu’une participation de 1,1% du PIB par État membre comme il le demande, est « un minimum pour concevoir des politiques nouvelles ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.