L'Anjou Agricole 24 avril 2018 a 17h00 | Par L'Anjou Agricole

PJLEGA: la FNSEA veut rendre obligatoire les indices des coûts de productio

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Assemblée nationale

Pour la FNSEA, « la méfiance l’emporte sur la confiance », trois jours après la fin de l'examen du projet de loi issu des États généraux de l'alimentation, par les députés de la commission des affaires économiques. Dans un communiqué de presse du 23 avril, le syndicat salue l’implication des députés qui ont déposé « près de 2 000 amendements » mais considère que le « compte n’y est pas ». Principale difficulté: l’absence de mesures contraignantes obligeant les distributeurs à prendre en compte le coût de production dans la construction des prix. En effet, le gouvernement a opposé la liberté contractuelle aux amendements visant à contraindre l’utilisation d’indicateurs de coûts de production dans le calcul des prix. Pour contourner l’argument, la FNSEA propose que seul le choix de l’indicateur dans la détermination soit contraignant et non la formule de calcul.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.