L'Anjou Agricole 28 juillet 2015 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Plan d'urgence : les préfets doivent informer les éleveurs

Les ministres de l'Intérieur et de l'Agriculture ont envoyé aux préfets de région et de département les instructions relatives à la mise en œuvre du plan de soutien à l'élevage français.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les préfets sont mandatés pour informer les éleveurs sur les critères d'éligibilité au plan de soutien de l'élevage.
Les préfets sont mandatés pour informer les éleveurs sur les critères d'éligibilité au plan de soutien de l'élevage. - © AA

Il est demandé aux préfets d'assurer « une large information des éleveurs » sur ces mesures, « d'intensifier la mobilisation (...) pour le développement de l'approvisionnement local dans la restauration collective », de réunir avant le 1er août, puis au moins une fois tous les 15 jours, les cellules d'urgence départementales que les éleveurs ont dénoncé à plusieurs reprises comme non fonctionnelles (leur rôle est d'ailleurs rappelé et précisé dans l'instruction).

 

Ils doivent mettre en œuvre le Fonds d'allègement des charges avec les critères de priorisation suivants : critère de spécialisation pour une production d'élevage réduit à 50 % du chiffre d'affaires de l'entreprise, critère d'endettement à 35 % et de diminution de l'EBE à 12 %.


Les exploitations d'élevage bovin viande et lait sont concernées, pour un dépôt des dossiers jusqu'au 30 septembre.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui