L'Anjou Agricole 28 septembre 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Pour l'agriculture, un budget à la hausse, des effectifs en baisse

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Thierry Guillemot

Le ministère de l'Économie a présenté le 27 septembre les grandes lignes de son projet de loi de finances (PLF) 2018. Pour le ministère de l'Agriculture, c'est la mission «Agriculture, alimentation, forêt et affaires rurales» (Aafar) qui constitue la majeure partie du budget ; il faudra y ajouter des budgets provenant notamment de la mission enseignement.

Pour la mission Aafar (qui comprend les programmes 149, 215 et 206), le PLF 2018 prévoit des «crédits ministériels» de 3,2 MrdEUR, soit une hausse de 0,4 MrdEUR par rapport à la loi de finances 2017, indique Bercy. Parmi les nouveautés, la création d'une «provision de 300M EUR» destinée à «couvrir, tout au long de l'année 2018, d'éventuelles crises économiques, sanitaires ou climatiques affectant le secteur agricole, ainsi que les pénalités imposées par la Commission européenne».

Par ailleurs, le ministère de l'Agriculture devra contribuer à la réduction du déficit public à travers une baisse des effectifs : -130 ETP pour l'année 2018.

A noter enfin que les agriculteurs - comme les transporteurs routiers et les taxis - échapperont à la hausse de la fiscalité du carburant.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.