L'Anjou Agricole 02 juin 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pluies abondantes : les cultures trinquent

Les pluies abondantes ont des conséquences sur les cultures, comme le maïs qui venait d’être mis en place. Météo France annonce un retour à un temps plus sec à partir de la fin de semaine.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Une carpe dans le maïs. L’éleveur Alexandre Ménard a pris la photo mardi soir à La Pouëze, sur sa parcelle située en bordure de l’Erdre.
Une carpe dans le maïs. L’éleveur Alexandre Ménard a pris la photo mardi soir à La Pouëze, sur sa parcelle située en bordure de l’Erdre. - © A. Ménard

Un mois de mai en Anjou, la normale des précipations est de 58 mm. Il est tombé autant, voire bien plus en deux jours seulement, le week-end dernier. Météo France a relevé samedi 28 mai, 57 mm à Marcé, en deux heures et demi. Très touchée, la commune de La Pouëze a reçu jusqu’à 95 mm dimanche après-midi et dans la nuit de dimanche à lundi. « Je vais devoir resemer 5 à 6 ha sur la cinquantaine d’hectares de maïs, estime Philippe Porcher, éleveur à La Pouëze. Les fonds de parcelles sont particulièrement touchés. » L’agriculteur est aussi vice-président du Syndicat intercommunal pour l’exécution des travaux d’aménagement du bassin versant de l’Erdre. Il déplore le manque d’entretien des cours d’eau, consécutif à la Loi sur l’eau. « L’Erdre n’a pas été nettoyée depuis longtemps. On continue à financer des études, mais les travaux de curage du lit ne sont plus possibles », s’agace-t-il. Résultat, « mercredi, trois jours après les pluies, les parcelles étaient encore recouvertes d’eau ».

Retard sur les foins
Dans plusieurs régions du département, des travaux accusent du retard : des méteils qui n’ont pas pu être ensilés à temps et surtout du foin non coupé. « Personne n’en a encore fait dans mon secteur, constate Valéry Lebouc, éleveur dans le Baugeois. Aujourd’hui, c’est la plus grosse inquiétude.» L’éleveur fauche en général une vingtaine d’hectares, qui sont en partie sous l’eau aujourd’hui. « On ne sait pas quand on va pouvoir y retourner. Une chose est sûre, on va perdre en qualité ».
Selon Météo France, un retour au sec serait attendu pour la fin de semaine, accompagné d’une montée des températures.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 3 juin 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

près d’un quart des chefs d’exploitation ou co-exploitants sont des femmes, contre 8 % en 1970.

A déclaré Jacqueline Cottier, éleveuse à Champteussé-sur- Baconne, présidente de la commission nationale des agricultrices

Le chiffre de la semaine
- 20 %
La production européenne de pommes est en retrait de 20 %

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui