L'Anjou Agricole 03 octobre 2019 à 12h00 | Par Romain Devaux

Plus de confort pour l’éleveur et pour les vaches

Le Gaec la Forêt de Longuenée construit un nouveau bâtiment, à Saint-Clément-de-la-Place. En fin d’année, il accueillera 120 montbéliardes qui produiront du lait bio. Au printemps, celles-ci seront nourries avec le foin séché dans le séchoir en grange accolé au bâtiment.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les associés du Gaec de la Forêt de Longuenée travaillent à la construction de leur nouveau bâtiment pour leurs vaches laitières.
Les associés du Gaec de la Forêt de Longuenée travaillent à la construction de leur nouveau bâtiment pour leurs vaches laitières. - © AA

Matthieu Pichaud et David Gué n’ont pas de quoi s’ennuyer, en ce moment. Installés depuis janvier 2019, à Saint-Clément-de-la-Place, ils s’attellent à la construction du nouveau bâtiment pour les vaches laitières de l’exploitation. Les travaux ont débuté en février 2019. « La stabulation devrait être mise en route fin d’année 2019 », espère Matthieu Pichaud.
Le Gaec La Forêt de Longuenée élève 80 montbéliardes, ainsi que 25 charolaises, sur
165 hectares. « Nous sommes en conversion agriculture biologique depuis 2018. Fin 2019, les premiers litres de lait seront vendus en bio », précise l’éleveur. Avec ce nouveau
bâtiment, les agriculteurs souhaitent augmenter le troupeau de vaches laitières pour arrêter l’élevage allaitant. L’entreprise a un droit à produire de 400 000 litres de lait. « Aujourd’hui, nous avons une vieille stabulation avec 50 places. »

Des logettes ergonomiques
Le matériau principal pour le bâtiment ? Le bois. « Situé près d’une forêt, c’est ce qui se fondait le plus dans le paysage », note Matthieu Pichaud. Le nouveau bâtiment pourra accueillir 120 vaches. De 90 mètres de long, et 13 mètres de large, la stabulation a été conçue pour être divisée en 2 avec une séparation amovible. Il y aura 48 logettes d’un côté et 58 logettes de l’autre. Au milieu, un espace “salle d’attente pour la traite” pour accéder à la salle de traite sur le côté. « Avoir deux zones de logettes différentes permet faire 2 lots différents : les vaches en fin de lactaction d’un côté et celles en début  de l’autre pour éviter qu’elles se fassent chahuter ». Cette séparation permettra aussi de faire sortir les vaches en lot.  Pour les logettes, les agriculteurs ont opté pour un système paille. « Parce que le fumier reste l’engrais de notre exploitation », souligne l’agriculteur. Les futures logettes Oméga sont particulières, elles sont dites “ergonomiques”. Ces logettes ont été conçues par un pareur de Haute-Marne, Nicolas Fournier. à l’avant, elles n’ont pas de barre au garrot. Mais une ouverture en V. Cela permet de laisser passer la tête, et la partie basse est avancée pour laisser les épaules s’avancer pendant la phase de levée. « Ce concept permet à l’animal de pouvoir se relever en faisant la bascule comme il le fait naturellement, explique Matthieu Pichaud, qui a vu cette innovation au Space. « Couchée, la vache peut tendre ses pattes grâce à l’arrêtoire amovible. » Avec cet équipement particulier, les éleveurs espèrent réduire les pathologies liés à des logettes classiques.

Une salle de traite centrale
La nouvelle salle de traite sera une 2 x 12 en simple équipement avec 2 Dac de chaque côté de la salle de traite. « Elle va nous permettre de gagner du temps. » Aujourd’hui, l’exploitation est équipée d’une 2 x 5 avec double équipement. « A 2 personnes, il faut compter 1 h 30 de traite. » Avec le nouveau fonctionnement, comme la salle de traite est au milieu avec une zone d’attente, « on pourra faire la traite à une personne. Et il nous faudra 1 h - 1 h 15 maximum », estime
Matthieu Pichaud.

Un séchoir en grange
Accolé à la stabulation, dans  toute la longueur, un séchoir en grange est aussi en construction. « Nous voudrions qu’il soit en service pour la récolte d’herbe du printemps », précise l’agriculteur. Le but étant d’atteindre l’autonomie alimentaire. « Nous souhaitons ne plus apporter d’aliment conservé au troupeau pour une meilleure santé des vaches. Et pourquoi pas rentrer dans la filière lait de foin. » Dans 4 cases, le séchoir pourra accueillir 600 t de matière sèche de foin. Orientée plein Sud, la toiture est en bac acier de couleur sombre pour capter la chaleur solaire. Grâce à un système de double toiture, l’air passera sous le toit, absorbera de l’énergie solaire et se réchauffera. Deux ventilateurs  aspireront l’air réchaufffée pour l’insuffler en dessous des cases où sera stocké le foin. Et une griffe distribuera directement le foin dans le couloir d’alimentation. Une 5e case de 160 m3 a été prévue pour stocker la paille. « Le paillage se fera aussi grâce à la griffe », explique  l’éleveur laitier. L’idée : « réduire le passage du tracteur dans la stabulation. » A la clé, un gain de carburant et de temps. « Avec ces nouveaux aménagements, entre la disposition de la salle de traite et la griffe, une seule personne pourra s’occuper des animaux. Les 4 stalles de Dac vont aussi permettre de gagner du temps et surtout maîtriser les coûts de concentrés vu leur prix en bio. » Aujourd’hui, le concentré est distribué dans la mélangeuse. Coût total de l’investissement : 900 000 euros. « Sans compter tout le matériel de fenaison dont allons devoir nous équiper pour récolter l’herbe. »

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, on est là pour accélérer le fait que l’on mange bien en France

a déclaré vendredi dernier Richard Ramos, député du Loiret qui vient de déposer un amendement qui vise à établir une taxe sur les nitrites

Le chiffre de la semaine
700 000
Lubrizol : 700 000 litres de lait jetés par jourpendant 16 jours.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui