L'Anjou Agricole 30 août 2018 à 12h00 | Par L'Anjou Agricole

Pommes : en quantité et qualité, une récolte prometteuse

Précoce dans l’ensemble du Maine-et-Loire, la récolte de pommes a débuté dès le 20 août chez Jean Delaunay avec la variété Gala.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Mardi 28 août, à Parçay-les-Pins, la récolte des pommes bat son plein. L’équipe de cueilleurs sera présente pendant 6 semaines. (© AA) Jean Delaunay  s’apprête à céder son exploitation arboricole à un jeune repreneur.

« Ce sera une belle récolte. Les fruits évoluent assez vite avec les coups de chaleur ». La cueillette des Gala a débuté le 20 août à l’EARL Delaunay, où les saisonniers s’activent dans les rangs.

2017 avait été « une très bonne année autant sur les volumes que sur les prix », rappelle le producteur. ça a permis de boucher les déficits des années précédentes ». Le verger de 26 hectares avait donné près de 1 700 tonnes de pommes en 2017, pour une production plus proche de 1 400 tonnes en année classique. En 2018, seuls 23 ha ont été mis en production. Cette année, l’arboriculteur table sur 1 200 tonnes a priori. Les fruits sont beaux, d’un calibre entre 67 et 75 mm, et de bonne qualité. Les vergers sont irrigués depuis mi-juillet.

Pour mener à bien la collecte, Jean Delaunay a embauché 50  saisonniers. « 60 % d’entre eux sont recrutés grâce au système de recrutement collectif », une initiative portée par l'Anefa 49, que l’arboriculteur apprécie beaucoup.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui