L'Anjou Agricole 17 mars 2020 à 10h00 | Par AA

Pompon, un taureau en or

Lors de la dernière session de vente aux enchères de la station de Lanaud, le taureau Pompon de Jérémy Blaiteau a terminé meilleure vente de la catégorie RJ.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Pompon à la station de Lanaud, où il a été vendu 14 700 €.
Pompon à la station de Lanaud, où il a été vendu 14 700 €. - © AA

Si Poupou était “l’éternel second”, Pompon pour sa part a bel et bien terminé premier. Lors de la dernière session de ventes aux enchères de la station de Lanaud, ce taureau de 1 an et 2 mois a été adjugé à 14 700 €, dans la catégorie RJ. Il appartenait à Jérémy Blaiteau, éleveur de  limousines à Vezins.


Reprise d’une exploitation
Installé depuis 2017 avec Claude Cesbron, après avoir été son salarié durant 10 ans, Jérémy Blaiteau est, depuis le 1er janvier, seul sur l’exploitation. La valorisation économique des meilleurs taureaux est très intéressante pour l’éleveur. En revanche, les charges sont plus importantes, notamment en terme de rigueur sanitaire, ou d’inscription au herd book.
Les critères recherchés sont la facilité de naissance, la qualité maternelle et la croissance. La lignée, les indexs et la génomie sont autant d’indicateurs qui sont scrutés par l’éleveur. La plupart de ses taureaux sont achetés à la station de Lanaud, en co-propriété avec le Gaec de la Martinière et l’EARL Lemesle. « Là-bas, il faut parfois mettre le prix. être à 3 élevages permet de diminuer l’investissement »


Une lignée prestigieuse pour Pompon
Le prix, deux éleveurs du Morbihan n’ont pas hésité à le mettre pour Pompon. « Ce n’est pas tous les jours qu’on vend un taureau aussi cher », s’enthousiasme l’éleveur. Fils de Lupin, petit-fils de Mozart et de Coluche, ce taureau présentait un très bon squelette et une forte croissance. Il est arrivé à Lanaud en septembre 2019, en compagnie de Owen, autre taureau de l’élevage de Jérémy Blaiteau. « Il a super bien grandi là-bas. C’est un peu la loterie à Lanaud, mais ça a bien fonctionné pour Pompon ».Jérémy Blaiteau n’était pas sur place, mais il a suivi la vente sur internet. « C’est des journées qui donnent le sourire. On se dit qu’on est en bonne voie ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Bien qu’une information plus claire sur les résidus de pesticides soit nécessaire, la stratégie de la peur de Générations futures (...) est contre-productive ».

estime Interfel, face à l’association de défense de l’environnement qui a demandé à la DGCCRF, de faire des bilans de résidus de pesticides séparés entre aliments bio et non bio.

Le chiffre de la semaine
11,2
MAÎS ENSILAGE : selon l'Agreste, avec 11,2 tMS/ha, la saison est correcte, et l’augmentation de la surface (+ 8 %) aura permis de refaire les stocks.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 19 unes régionales aujourd'hui