L'Anjou Agricole 21 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Porc : des adhérents de la Cooperl demandent la démission du directeur

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Emmanuel Commault (à droite), directeur général de la Cooperl
Emmanuel Commault (à droite), directeur général de la Cooperl - © C. Gérard

Dans une lettre adressée à leurs homologues, diffusée le 20 juillet, des éleveurs adhérents de la Cooperl demandent la démission de l'actuel directeur Emmanuel Commault, après notamment que la coopérative de Lamballe ait décidé de s'affranchir de la cotation du marché du porc breton (MPB). « En refusant le prix de soutien à 1,40€, le directeur de la Cooperl nous disait alors qu'il y a une seule et unique règle, celle du marché, argumentent les éleveurs. Et maintenant que le cours commence à monter il nous tient le discours inverse. (...) Une telle incohérence dans le discours est le simple reflet de l'incohérence constatée sur la stratégie de la coopérative depuis quelques années maintenant ». Pour les auteurs du courrier, le directeur « a eu sa chance, il n'est pas compétent pour ce poste ». Ils remettent notamment en cause certains investissements de la coopérative : dans une enseigne de boucherie-traiteur artisanal (Aurélien), dans une entreprise de distribution de matériel de bâtiment d'élevage (Calipro), ou dans un projet en cours de méthanisation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.