L'Anjou Agricole 02 février 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Les Entrepreneurs des territoires veulent faire entendre leur voix

L'assemblée générale des Entrepreneurs des territoires Pays-de-la-Loire s'est déroulée le 27 janvier à Chemillé-en-Anjou (49).

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Marie-Christine Lemaitre, présidente d'EDT Pays-de-la-Loire et Philippe Horeau, président d'EDT Maine-et-Loire. 
264 entreprises adhèrent au syndicat régional.
Marie-Christine Lemaitre, présidente d'EDT Pays-de-la-Loire et Philippe Horeau, président d'EDT Maine-et-Loire. 264 entreprises adhèrent au syndicat régional. - © AA

L'actualité la plus brûlante pour les entreprises de travaux agricoles, réunies le 27 janvier à Chemillé-en-Anjou, c'est d'abord la crise agricole qui a un impact sur les travaux et les trésoreries. « En 2016, les les clients ont mis du temps à payer, mais on ne se plaint pas. Des rentrées d'argent se sont faites avec la Pac en fin d'année, explique Marie-Christine Lemaître, présidente des EDT Pays-la-Loire. Cela dit, les situations sont différentes d'un territoire à un autre et d'une production à une autre. Là où il n'y a que de la production laitière, cela reste compliqué », s'inquiète-t-elle.
L'association réalise un travail de lobbying auprès du Conseil régional, notamment pour que les EDT puissent, comme les agriculteurs et les Cuma, bénéficier de subventions pour l'investissement dans du matériel...

Lire l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 3 février 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui