L'Anjou Agricole 14 juin 2017 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Porc : la FNP s'intéresse à la gestion des risques

A l'occasion de son assemblée générale le 13 juin, la Fédération nationale porcine (FNP) a annoncé un groupe de travail sur la Pac, en vue de faire bénéficier les éleveurs de porcs d'une éventuelle réorientation des soutiens de la Pac vers les outils de gestion des risques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Paul Auffray, président de la FNP.
Paul Auffray, président de la FNP. - © Actuagri

La FNP parie notamment sur des soutiens européens qui pourraient abonder des fonds de mutualisation par filière. La FNP et l'interprofession travaillent depuis plusieurs années, en vain jusqu'ici, à la création d'un fonds sectoriel, financé par un prélèvement auprès du consommateur. Actuellement, les producteurs de porc ne bénéficient des aides de la Pac qu'au travers de leurs productions végétales.

 

Paul Auffray reconduit à la tête de la FNP
A l'issue de l'assemblée générale, le Breton Paul Auffray a été reconduit pour un deuxième mandat à la présidence du syndicat affilié à la FNSEA. Seul nouveau dans le bureau : le Mayennais Mickaël Guilloux qui est nommé secrétaire général et succède ainsi à l'éleveur du Sud-Ouest Gilles Pécastaing. Côté angevins : Gérard Bourcier est élu vice-président et Mathieu Fonteneau intègre les membres du conseil d'administration.

 

Plus d'informations dans le journal Réussir l'Anjou agricole du vendredi 16 juin (s'abonner).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui