L'Anjou Agricole 25 avril 2013 à 13h38 | Par L'Anjou Agricole

Porc - Le logo VPF pour promouvoir l’origine France

Le CRP poursuit son action pour regagner quelques centimes au kilo.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Expliquer aux consommateurs la signification du logo.
Expliquer aux consommateurs la signification du logo. - © AA

Réunis en conseil d’administration du Comité régional porcin, les représentants régionaux de la filière porcine ont réaffirmé leur volonté d’œuvrer pour que les produits de porcs issus d’animaux élevés et préparés en France soit étiquetés "VPF".
Dans le marasme dans lequel se trouve la production porcine depuis plusieurs années, les responsables du maillon production veulent poursuivre leurs actions pour regagner des centimes d’euros au kilo de carcasse de porc. Si les responsables des producteurs ont moins d’influence sur les outils de l’aval et la nécessité de ces derniers à se restructurer, ils espèrent faire évoluer la demande du marché en incitant le consommateur à acheter des produits identifiés "VPF".
Pour atteindre cet objectif, un groupe de travail a défini les actions à mettre en œuvre, notamment avec les acteurs de la grande distribution. Les industriels de la charcuterie, qui sont pour partie réfractaires à mentionner l’origine de la viande de porc présente dans leurs produits, sont les fournisseurs de la GMS. "Or, si par la grande distribution, nous arrivons à obliger les industriels de la charcuterie à afficher l’origine de la viande de porc sur l’ensemble de leurs produits, nous pensons que le consommateur fera le bon choix", explique Ivan Leclerc, responsable communication au CRP.
Pour que cette action fonctionne, il est également nécessaire d’expliquer au consommateur la signification du logo "VPF", c'est-à-dire la garantie de l’origine France de la viande, mais également la garantie d’emplois, d’économie et de dynamique au sein du territoire.
Ce travail n’est qu’une petite pierre à l’édifice, mais ce qui est sûr, c’est quelle est indispensable pour que  la situation des éleveurs s’améliore.

Céline JOLY

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.