L'Anjou Agricole 09 avril 2019 à 17h00 | Par Romain Devaux

Porc : une baisse du prix de l'aliment attendue (FRSEA/JA)

Le prix de l’aliment en porc a été à son plus haut niveau en 2018, au regard des trois dernières années.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
" Après une année où le prix du porc payé éleveur en France n’a pas couvert le coût de revient, le prix actuel couvre tout juste les coûts de production, affichés à 1,52 €/kg ", soulignent les organisations syndicales.
" Après une année où le prix du porc payé éleveur en France n’a pas couvert le coût de revient, le prix actuel couvre tout juste les coûts de production, affichés à 1,52 €/kg ", soulignent les organisations syndicales. - © Actuagri

" A l’été 2018, face à une augmentation du prix des matières premières, les fabricants d’aliments avaient su faire preuve d’une grande réactivité pour répercuter cette hausse sur le coût de l’aliment, rappellent la FRSEA et JA Pays-de-la-Loire dans un communiqué daté du 8 avril. Le prix des céréales est aujourd’hui en baisse de près de 25€/T par rapport à l’été 2018. L'aliment étant composé à 90 % de matières premières, principalement des céréales, on pourrait donc penser que dans cette même logique son prix devrait enregistrer une baisse. Il n’en ait rien ! Dans ce sens la réactivité des fabricants d’aliments se fait attendre ! "

La FRSEA et les Jeunes Agriculteurs des Pays-de-la-Loire indiquent qu'ils ne tolèreront pas que les fabricants d’aliments se cachent derrière la hausse du prix du porc pour ne pas répercuter cette baisse et dénoncent ainsi fermement cette attitude. Ils demandent ainsi une baisse immédiate des prix de l'aliment. " A ceux qui l’aurait oublié un ascenseur fonctionne dans les 2 sens ! ", ironisent-ils.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui