L'Anjou Agricole 25 septembre 2019 à 16h00 | Par Romain Devaux

Pour plus de traçabilité, signez la pétition “Eat original” !

La pétition “Eat original”, visant à inciter la Commission européenne à rendre la mention de l’origine obligatoire pour tous les produits alimentaires, est sur le point d’être clôturée. Dépêchez-vous de la signer si ce n’est pas déjà fait. Parlez-en aussi à votre entourage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Le 1er janvier 2017, à la suite d’une première pétition lancée par la FNSEA, JA, UFC Que Choisir, Familles rurales et Coop de France, la France avait initié l’expérimentation de l’étiquetage de l’origine du lait et de la viande dans les produits transformés. En parallèle, les filières se sont engagées dans la mise en place de logos Origine France. Deux ans après, l’expérimentation étant concluante, une prolongation a été demandée par la FNSEA et ses partenaires, et a été actée par décret jusqu’au 31 mars 2020. Cependant, la pérennité du dispositif n’est pas acquise au niveau européen. Dès lors, l’initiative citoyenne européenne “Eat original” prévoit de réunir 1 million de signatures pour que la Commission européenne se penche (sérieusement) sur la question d’un étiquetage d’origine obligatoire pour les produits transformés.


Encore 83 000 signatures attendues...
Si pour l’heure, la pétition - lancée le 2 octobre 2018 par Coldiretti, le syndicat agricole italien, et la FNSEA - a réuni près de 917 000 signatures, elle doit encore inciter plus de
80 000 signataires en moins d’une semaine (jusqu’au 1er octobre inclus) pour que la Commission européenne la prenne en compte et décide, ou non, d’y donner suite. « L’objectif poursuivi répond pourtant aux attentes des citoyens puisque 99 % des consommateurs sont favorables à un meilleur étiquetage des produits alimentaires », ont rappelé il y a quelques mois Arnold Puech d’Alissac, membre du bureau de la FNSEA, et Dominique Marmier, président de l’association de consommateurs Familles rurales. Pour Aurélien Clavel, vice-président de Jeunes agriculteurs, « dans notre combat pour rapprocher l’acte de production et l’acte de consommation, l’étiquetage est un moyen pour que le consommateur sache ce qu’il achète, se rende compte des progrès effectués par la profession agricole, et pour éviter les scandales alimentaires ».


Valoriser la diversité
Comme pour montrer le soutien de la France à cette initiative, Guillaume Gomez, chef de l’Elysée, était aussi venu signer la pétition sur le stand de la FNSEA à l’occasion du Salon International de l’Agriculture en février dernier. « Ce qu’on souhaite, ce n’est pas créer une uniformisation de la consommation, mais une Europe riche de sa diversité », avait-il rappelé. « Le vrai enjeu, c’est de consommer environnemental », estimait aussi le représentant de l’Elysée, tout en soulignant l’importance de communiquer auprès des consommateurs. « Cette pétition, c’est un peu de travail. Toutefois, le consommateur se plaint souvent de ne pas être écouté. Là, il peut être acteur de la décision européenne...», avait-il conclu.
R.D.

Comment signer la pétition “Eat original” ?

Pour contribuer à l’initiative citoyenne européenne, avant le 1er octobre, prenez une minute de votre temps pour taper “eatoriginal” dans la barre de recherche de votre moteur de recherche ou “https://www.eatoriginal.eu/” dans votre barre de liens. à droite de votre écran, renseignez la dizaine de champs demandés (pensez à vous munir de votre carte d’identité). Enfin, n’oubliez pas de cliquer sur “Soumettre” pour valider votre participation.Pratique Comment signer la pétition “Eat original” ?
Pour contribuer à l’initiative citoyenne européenne, avant le 1er octobre, prenez une minute de votre temps pour taper “eatoriginal” dans la barre de recherche de votre moteur de recherche ou “https://www.eatoriginal.eu/” dans votre barre de liens. à droite de votre écran, renseignez la dizaine de champs demandés (pensez à vous munir de votre carte d’identité). Enfin, n’oubliez pas de cliquer sur “Soumettre” pour valider votre participation.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

J’aimerais voir 40 à 60 projets de demandes, donnez-nous des dossiers,

a fait savoir le ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, aux responsables de la confédération des Vignerons indépendants, le 28 novembre, et quelques jours après les inondations dans le Sud.

Le chiffre de la semaine
350 à 400
salariés permettent chaque année de répondre aux besoins en remplacement de 800 à 900 agriculteurs dans le Maine-et-Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui