L'Anjou Agricole 10 septembre 2020 a 10h00 | Par AA

Pourquoi s’encombrer quand on peut recycler ?

Cette semaine s’est tenue la collecte des films agricoles usagés, des ficelles et des filets.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
A Noyant, la collecte de déchets de septembre a eu moins de succès que les autres. Mardi, seulement 2 agriculteurs avaient apporté leurs déchets à Geoffrey Même et Thierry Marandeau d’Anjou Négoce.
A Noyant, la collecte de déchets de septembre a eu moins de succès que les autres. Mardi, seulement 2 agriculteurs avaient apporté leurs déchets à Geoffrey Même et Thierry Marandeau d’Anjou Négoce. - © AA

Cette semaine était une semaine de grand ménage dans les fermes. Ficelles, filets, films de paillage, de serres, de petits tunnels,  des bâches d’ensilage et d’enrubannage. Tout pouvait être amené dans son site de collecte pour ensuite être recyclé. A Noyant, Anjou Négoce collecte les déchets des agriculteurs depuis 7 ans. Il ne collecte que ce qu’il vend : les bidons phyto, les sacs d’engrais et de semences, les filets, ficelles et les bâches ensilage. 4 collectes sont organisées.
« D’année en année, les agriculteurs sont de plus en plus nombreux à participer à ces collectes », constate Thierry Marandeau, chauffeur du négociant en charge de la collecte. En moyenne, une cinquantaine d’exploitants viennent apporter leurs déchets. Anjou Négoce ne se contente pas de collecter. « Au moment du déchargement des saches, on vérifie le contenu. » Rien ne doit être mélangé. Pas de ficelles avec des filets, pas de bâches d’ensilage avec celles d’enrubannage... Ficelles et filets doivent être stockés dans des sacs Adivalor fournis par leur distributeur. « Lors de la collecte, on s’assure aussi que tout est relativement propre. » Sinon, si ces règles ne sont pas respectées, les saches ne sont pas collectés par la société de recyclage Adivalor. « Les chauffeurs sont de plus en plus exigeants quand ils viennent retirer les saches », souligne Thierry Maranbeau. D’une manière générale, les agriculteurs jouent bien le jeu. « On n’a plus trop à passer derrière eux. » Pourtant, le recyclage n’est pas encore entré dans les mœurs de tous. Puisque seulement 60 % des agriculteurs trient leurs filets, ficelles et bâches...

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.