L'Anjou Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Pratiques illicites : un gain potentiel distributeurs de 150-300 M€

L’Ilec espère que le gouvernement prendra des mesures dans les six mois face aux pratiques illicites des enseignes de distribution.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

C'est le message envoyé le 17 mai par le directeur général de l'Ilec (l'Institut de liaisons et d'études des industries de consommation (marques de grande consommation), Richard Panquiault, lors de sa conférence de presse annuelle. Malgré toutes les clarifications de la LME (Loi de modernisation de l'économie) sur les relations entre fournisseurs et distributeurs (la loi Hamon, la loi Macron, la loi Sapin 2 et décisions de jurisprudence), « les pratiques illicites ne sont toujours pas sanctionnées » à leur juste mesure. Or «  elles font gagner 150 à 300 M€ aux distributeurs, qui risquent au plus 6 à 8 M€ d’amendes » , a-t-il cité.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui