L'Anjou Agricole 25 juin 2020 à 12h00 | Par AA

Premières orges battues en Anjou

Coup d’envoi des moissons dans le Maine-et-Loire. Les agriculteurs ont commencé à battre l’orge cette semaine. Pour la Cuma Loire Béconnais de Saint-Augustin-des-Bois, les chantiers ont débuté mardi 23 juin.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Le Gaec Vernoux travaille avec la Cuma Loire Béconnais.
Le Gaec Vernoux travaille avec la Cuma Loire Béconnais. - © AA

Au Rivault, à Bécon-les-Granits, mercredi 24 juin, les remorques pleines de grains d’orge font les va-et-vient jusqu’au silo de collecte d’Anjou Maine céréales situé à 3 km. Le Gaec Vernoux a réservé la moissonneuse-batteuse de la Cuma pour la journée. Alors pas le temps de chômer. « La moissonneuse est arrivée mardi soir vers 19 heures, on a pu travailler une heure dans l’orge mais l’humidité nous a vite arrêtés », explique Stéphane Lebastard, un des 4 associés de l’exploitation laitière. L’agriculteur souhaitait débuter la récolte avec le colza. « La graine est mûre, mais la paille est encore verte. » En cause, l’humidité des semaines passées. L’orge, elle, est à maturité et a été moissonnée. « On est sur une année précoce, précise l’exploitant. D’habitude, on démarre plutôt autour du 1er juillet. »

12 hectares d’orge récoltés
Entre le mardi soir et le mercredi, 12 hectares ont été récoltés sur les 24 hectares que compte l’exploitation laitière. Le chantier des moissons mobilise 2 personnes. Le chauffeur de la Cuma pour la récolte. Et un agriculteur pour le transport jusqu’au silo. « Et il faut 2 autres personnes pour se relayer pendant la pause déjeuner », remarque Pierre-André Cherbonnier, un des associés du Gaec. Avec les conditions météorologiques particulières, il s’avoue chanceux. « On a pu tout semer avant la pluie et tout a levé. » La céréale récoltée a été semée le 30 octobre sur un précédent de colza. « Tout s’est bien passé. Il y a eu un désherbage tardif au 21 février parce qu’on ne pouvait pas accéder à la parcelle. Et un fongicide au 22 avril, ajoute Stéphane Lebastard. Depuis 3-4 ans, on a drainé la parcelle. Ca se ressent...»

Rendement en baisse
En moyenne, sur l’exploitation, les rendements en orge sont de 65 qtx/hectare. « L’an dernier, ils étaient de 75 qtx. » Cette année, ils sont de 56 qtx avec un PS de 65 et un taux d’humidité de 8,8. « La pluie hivernale et le coup de chaleur du mois de mai ne nous ont pas aidé. »
Les céréales sont vendues à la coopérative Terrena. « Une partie des céréales sera déduite du prix de l’alimentation pour les vaches. » Les prix acomptes ne sont pas encore connus.
« Terrena les donne en général fin juillet », précise Pierre-André Cherbonnier. Pour le moment, les agriculteurs recevront d’une avance de trésorerie : 90 euros/t. Elle sera versée par la coopérative début juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Bien qu’une information plus claire sur les résidus de pesticides soit nécessaire, la stratégie de la peur de Générations futures (...) est contre-productive ».

estime Interfel, face à l’association de défense de l’environnement qui a demandé à la DGCCRF, de faire des bilans de résidus de pesticides séparés entre aliments bio et non bio.

Le chiffre de la semaine
11,2
MAÎS ENSILAGE : selon l'Agreste, avec 11,2 tMS/ha, la saison est correcte, et l’augmentation de la surface (+ 8 %) aura permis de refaire les stocks.