L'Anjou Agricole 09 mars 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Privilégier les fourrages dans la ration

Luc Leblay, technicien indépendant en élevage laitier, est intervenu lors de l’assemblée générale du groupement Prim’holstein 49, mercredi 8 mars, à Saint-Michel-et-Chanveaux.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Luc Leblay, technicien indépendant en élevage laitier spécialiste en ration autonome et mélangée est intervenu devant les 90 participants de l’assemblée générale du groupement Prim’holstein 49.
Luc Leblay, technicien indépendant en élevage laitier spécialiste en ration autonome et mélangée est intervenu devant les 90 participants de l’assemblée générale du groupement Prim’holstein 49. - © AA

« Pour produire durablement,  il faut assurer trois piliers de l’alimentation de la vache : la fibre, la cellulose et la protéine », explique Luc Leblay, technicien indépendant en élevage laitier spécialiste en ration autonome et mélangée. Devant les 90 participants de l’assemblée générale du groupement Prim’holstein 49, il rappelle une évidence : « la vache est un ruminant capable de valoriser des fourrages avec plus ou moins de concentrés dans la ration annuelle. » L’idéal pour l’ancien agriculteur reconverti est de retrouver ces 3 piliers dans les fourrages de base. Il prône dans la ration des vaches laitières des mélanges graminées, légumineuses d’automne, de printemps, des protéagineux purs de printemps ou encore de l’enrubannage de crucifères d’automne. Les mélanges peuvent se faire sur l’exploitation pour augmenter l’autonomie alimentaire.

L’ensilage maïs a de nombreux inconvénients
Le technicien n’est pas favorable à une part trop importante d’ensilage maïs dans la ration des vaches laitières. « à part son excellent grain, il a peu d’avantage. Certes, il apporte de l’énergie en quantité mais n’aide pas à la rumination. Son PH est acide...

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 10 mars 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Ça coince sur la répartition de la valeur.

selon la FNPL. La répartition de la valeur a été au coeur des discussions du conseil d’administration du Cniel du 11 juillet.

Le chiffre de la semaine
36,1 Mt
Selon les dernières estimations au 1er juillet, la production française de blé tendre atteindrait 36,1 millions de tonnes (Mt), en léger recul de 1,3 % par rapport à l’année précédente, annonce le ministère de l’Agriculture dans une note de conjoncture le 10 juillet.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui