L'Anjou Agricole 18 septembre 2019 à 16h00 | Par AA

Prochain arrêt : Station Terroir

Un nouveau magasin de producteurs locaux vient d’ouvrir à Saint-Georges-sur-Loire. Il regroupe 25 fournisseurs, installés dans un rayon de 50 kilomètres.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les producteurs de Station Terroir devant leur boutique, le jour de l’ouverture à Saint-Georges-sur-Loire, samedi 14 septembre. Sébastien Ferrard, président du groupement, est au 2nd rang au centre (chemise à carreaux).
Les producteurs de Station Terroir devant leur boutique, le jour de l’ouverture à Saint-Georges-sur-Loire, samedi 14 septembre. Sébastien Ferrard, président du groupement, est au 2nd rang au centre (chemise à carreaux). - © AA

En arrivant à Saint-Georges-sur-Loire par la place Monprofit, impossible de ne pas voir le auvent et le local de l’ancienne station service. « 50 m2, pour l’instant ça nous suffit, mais la mairie est ouverte à la discussion si on demande un agrandissement. » Sébastien Ferrard et Arnaud Terrien sont président et vice-président, respectivement, de l’association fondatrice du magasin de producteurs Station Terroir. L’établissement a ouvert ses portes samedi 14 septembre. Il centralise l’offre de 25 entrepreneurs - « stationautes », travaillant en conventionnel ou en bio. A raison de 3 à 4 références pour chacun d’entre eux, appartenant aux 4 grandes familles que sont les fruits et légumes frais, les produits carnés, les produits laitiers, l’épicerie (pains, pains d’épices, miels, confitures, bières, infusions...). Et la gamme s’élargit aux cosmétiques, avec notamment des savons. « On a tous les jours des coups de téléphone de producteurs souhaitant nous rejoindre, mais on les a placés sur une liste d’attente, parce qu’on ne pourra pas vendre de tout, faute de place - du moins pour le moment », relève Sébastien Ferrard. Le commerce est ouvert tous les jours de 16 h 30 à 19 h 30, et le samedi matin de 9 h 30 à 12 h 30. « On a décidé de ne pas vendre de vin, par exemple, mais certains samedis, des vignerons seront invités à venir faire déguster leur production. » De même, un marché de Noël autour de la boutique est « dans les tuyaux », confie Arnaud Terrien. à l’initiative de la mairie de Saint-Georges.

La collectivité est l’instigatrice, et le premier soutien, du projet Station Terroir. Trois ans qu’elle sollicitait le Gaec du Pâtis Candé, dont Sébastien est associé, en vue d’ouvrir un magasin. D’abord par volonté de redynamiser le bourg, ensuite parce que cela répond à la demande sociétale. Au départ pourtant, « le local qu’elle nous proposait, en plein centre-ville avec beaucoup de passage, certes, mais peu de places de stationnement, ne nous convenait pas. » Le statu quo perdure jusqu’en janvier 2019. « Avec Arnaud, on constate que les voitures du garage Blanchard, ancien occupant du site de la station, place Monprofit, ne sont plus là », raconte Sébastien. Reprise de contact avec l’équipe municipale, étude de faisabilité, étude de marché s’enchaînent alors. « On a aussi eu des échanges avec les gérants des marchés de producteurs de Rablay-sur-Layon, la Pommeraye, Beaucouzé, etc. : chacun a son mode de fonctionnement et ses aléas, mais ils nous ont tous encouragés dans notre démarche », poursuit Arnaud.

Investissement initial pour le magasin : 20 000 €, qui devraient être cofinancés intégralement par la communauté de communes Loire Layon et le Feader, dans le cadre du projet alimentaire territorial. « Notre objectif, c’est que chacun puisse vivre de sa production et se réapproprier l’acte de vente, tout en garantissant une qualité de produit au consommateur », soulignent Sébastien Ferrard et Arnaud Terrien.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, on est là pour accélérer le fait que l’on mange bien en France

a déclaré vendredi dernier Richard Ramos, député du Loiret qui vient de déposer un amendement qui vise à établir une taxe sur les nitrites

Le chiffre de la semaine
700 000
Lubrizol : 700 000 litres de lait jetés par jourpendant 16 jours.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui