L'Anjou Agricole 10 juillet 2014 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Producteurs de fruits - Interrogations sur la Pac 2014-2020

Le syndicat de Maine-et-Loire en assemblée générale.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Karine Oswald-Poulet, d’IDFel, Pierre Tafani et Pascal Pineau, du SDPF.
Karine Oswald-Poulet, d’IDFel, Pierre Tafani et Pascal Pineau, du SDPF. - © AA

Le 1er janvier 2015 sonnera la fin de l’année de transition. La nouvelle Pac sera mise en œuvre, avec une évolution des paiements directs. Les DPU disparaîtront, remplacés par un ensemble de nouvelles aides avec lesquelles il faudra encore se familiariser, mais dont les objectifs généraux affichés par les instances européennes et l’État français, sont d’aller dans le sens de la convergence des aides du 1er pilier (inter et intra États membres), de soutenir l’élevage et l’emploi. À un Droit à paiement de base (DPB), s’ajoutent dans l’enveloppe du 1er pilier à partir de 2015 : une aide verte, un paiement redistributif (sur-dotation des 52 premiers hectares), une aide JA et des aides couplées.

“Il est encore trop tôt pour présenter une analyse. Aujourd’hui, nous avons voulu faire un point sur cette réforme qui va créer plus de changements pour les arboriculteurs que pour d’autres filières”, explique Pascal Pineau, le président du Syndicat des producteurs de fruits de Maine-et-Loire. Pour le moment, l’heure est encore aux explications, “nous avons vu que nous avons un travail de réseau important à faire”, pour que les particularités de la production, telles que la problématique de la main-d’œuvre, soient prises en compte. Car si jusqu’ici, les arboriculteurs étaient “un peu à part”, le responsable professionnel constate : “nous avons le sentiment que nous serons gérés de la même manière que les éleveurs et les céréaliers.” Une tendance particulièrement visible avec le sujet de l’organisation des marchés, commune à toutes les filières depuis 2008 et qui risque de pouvoir s’adapter de moins en moins facilement aux spécificités de chacune d’entre elles. “De ce que l’on sait de la réforme de l’OCM* unique, c’est que les grands principes seront maintenus, mais sur les modalités pratiques, presque tout est en attente”, résume Karine Oswald-Poulet, d’Idefel. Elle pointe toutefois quelques sujets d’inquiétude par rapport au projet de réforme concernant notamment le nombre de producteurs pour constituer une organisation ou les conditions de financements des programmes opérationnels.

Ronan Lombard

 

*OCM : Organisation commune des marchés .

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous portons une réflexion sur des dispositions spécifiques à l’agriculture urbaine dans le cadre du statut du fermage

a indiqué le Cese (Conseil économique, social et environnemental), dans un avis adopté le 12 juin, en vue de la future réforme du droit foncier rural.

Le chiffre de la semaine
400
c'est le nombre d'animaux qui se retrouveront au concours inter-régional de Blonde d'Aquitaine à Cholet le 21 et 22 juin.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui