L'Anjou Agricole 24 janvier 2019 à 12h00 | Par AA

Produire des fruits et légumes en voisinage avec des truites

Interview de Clément Réveillé, de La Séguinière (49), le gagnant du concours Agreen Startup au Sival 2019.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Lors de la remise des prix Agreen Startup au SIval, jeudi 17 janvier à Angers. Clément Réveillé se trouve au centre de la photo.
Lors de la remise des prix Agreen Startup au SIval, jeudi 17 janvier à Angers. Clément Réveillé se trouve au centre de la photo. - © AA

C'était la première fois qu'il participait à un concours et il a remporté le premier prix. Clément Réveillé a été primé au Sival pour son projet de ferme écologique en aquaponie. Depuis 5 ans, ce système de maraîchage dans l'eau grâce à un élevage de poissons se développe en France. "Les pieds dans l’eau", - c'est le nom de son entreprise -, est située à La Séguinière, près de Cholet. Clément Réveillé a mis, en tout, près de 4 ans pour mener à bien ce projet.

Quel est votre projet ?
C’est la mise en relation entre un élevage de poissons (truites) et une production maraîchère. D’un côté, il y a des poissons que l’on nourrit, qui vont créer des déchets dans leur eau, ce qui est nuisible pour eux. Cette eau va être filtrée puis elle a besoin d’être traitée. Dans la pisciculture actuelle, soit on rejette l’eau, soit on la passe dans certains composants pour la traiter de nouveau. Dans notre projet, notre eau (chargée ainsi en éléments nutritifs) est récupérée puis passée dans un système de filtration, puis envoyée au niveau de nos systèmes de maraîchage où les plantes (légumes, fruits, arbustes) viennent faire un effet de phytoépuration. Ensuite, l’eau nettoyée par les plantes retourne dans les bassins à poissons.


Que produisez-vous dans votre ferme aquaponique “Les pieds dans l’eau” ?
Nous allons produire une gamme un peu spécifique de salades et des fruits et légumes que l’on trouve chez les maraîchers. Les seules choses que nous ne pourrons pas produire ce sont les radis et les pommes de terre pour des raisons techniques. Nous aurons des tomates, des poivrons, du céleri, du chou...


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Comme on aimerait que toutes nos larmes forment une pluie abondante, un orage de colère et de piété, qui, d’un coup, arrêterait l’incendie de Notre Dame !

a twitté Bernard Pivot, journaliste et écrivain, lundi 15 avril à l’annonce du terrible incendie qui a ravagé la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Le chiffre de la semaine
6,5 %
Sur un panier de courses de 100 euros, seulement 6,50 euros reviennent aux agriculteurs (source OFPM)

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 21 unes régionales aujourd'hui