L'Anjou Agricole 26 mai 2017 à 18h00 | Par L'Anjou Agricole

Produits phytos : un nouvel arrêté national

Un nouvel arrêté remplace celui de 2006 encadrant l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture. Cette nouvelle version comporte peu de changements.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
À la suite de cet arrêté, les préfets de chaque département doivent définir les points d’eau autour desquels les ZNT mentionnées sur les emballages de produits sont applicables.
À la suite de cet arrêté, les préfets de chaque département doivent définir les points d’eau autour desquels les ZNT mentionnées sur les emballages de produits sont applicables. - © AA

L'arrêté de 2006 qui encadrait l’utilisation des produits phytosanitaires en agriculture vient d’être abrogé. Il est remplacé par un nouvel arrêté des ministres de l’Agriculture, de l’Environnement, de l’Économie et de la Santé. Alors que les premiers projets d’arrêté prévoyaient un renforcement important des règles (notamment les Zones non traitées auprès des habitations, fossés et bois), la version qui vient de paraître comporte peu d’évolutions par rapport à celle de 2006. 

 

La première modification est l’allongement des délais de rentrée (à 24 ou 48 heures) dans les parcelles ou serres pour les produits comportant certaines phrases de risque, pour mieux protéger les travailleurs. Ces délais peuvent cependant être raccourcis à 6 heures ou 8 heures en milieu fermé, «en cas de besoin motivé, non anticipé et non prévisible» et à condition de porter des équipements de protection individuelle (EPI) ou d’utiliser un tracteur avec filtre à charbon. Dans le cas où le délai est raccourci, le détail de l’application devra être mentionné dans le registre phytosanitaire (moment de la rentrée, motif, lieu, moyens de protection).

 

Autre évolution : il est désormais possible d’utiliser comme EPI une combinaison spécifique aux produits phytopharmaceutiques répondant aux normes européennes.

 

 

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.