L'Anjou Agricole 05 juillet 2016 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Produits transformés : étiquetage de l’origine du lait et de la viande au 1er janvier 2017

Le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll envisage la possibilité de mettre en place l’étiquetage de l’origine des produits laitiers et de la viande pour le 1er janvier 2017, pour une durée de deux ans.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
- © Actuagri

Il vient d’être notifié de l’accord, annonce-t-il, de la Commission européenne pour une telle expérience. « Le Commissaire européen Vytenis Andriukaïtis a indiqué dans un courrier adressé aux autorités françaises, que rien ne s'opposait au lancement d'une expérimentation telle que proposée par la France » affirme un communiqué du ministère. Le ministre, avec la secrétaire d’Etat Martine Pinville a donc saisi le Conseil d’Etat sur un projet de décret. Celui-ci a deux mois pour répondre.

« Les modalités précises de mise œuvre de ces règles d'étiquetage feront l'objet dans le courant de l'été d'une concertation avec l'ensemble de la filière et les associations de défense des consommateurs », affirme le ministère.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.