L'Anjou Agricole 28 mars 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Projet de loi Egalim: les députés précisent les objectifs en restauration collective

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les objectifs fixés par Emmanuel Macron sont de 20 % de produits bio d'ici 2022 en restauration collective et 30 % de produits de qualité ou locaux.
Les objectifs fixés par Emmanuel Macron sont de 20 % de produits bio d'ici 2022 en restauration collective et 30 % de produits de qualité ou locaux. - © J-C Gutner

En introduction de l'examen à l'Assemblée nationale du projet de loi Egalim le 27 mars, la rapporteure pour avis de la commission développement durable a présenté les amendements qu'elle portera, dont l'un vise à inscrire dans la loi - et non par voie réglementaire - les objectifs assignés à la restauration collective publique en matière d'approvisionnement «durable».

Son amendement, qui a été adopté par la commission, avec avis favorable du gouvernement qui souhaite cependant le retravailler par la suite, rappelle donc les objectifs, fixés par Emmanuel Macron, de 20 % de produits bio d'ici 2022 et 30 % de produits de qualité ou locaux.

Le texte élargit ensuite cette dernière catégorie aux produits bénéficiant d'une «certification de la conformité des produits» (CCP) dont les exigences doivent être rehaussées par voie réglementaire. Un sous-amendement propose justement de réserver ces certifications CCP aux entreprises qui bénéficient par ailleurs d'une certification HVE. Enfin, le texte exclut également l'analyse du cycle de vie (ACV) comme critère permettant déterminer le caractère local ou durable des produits éligibles à l'objectif de 30 %.


Restauration collective du privé

Un représentant des députés LREM, Matthieu Orphelin (Maine-et-Loire), a présenté les principaux amendements de son groupe, parmi lesquels figurent notamment le projet d'étendre les objectifs d'approvisionnement durable à la restauration collective gérée par des «personnes morales privées», au lieu de les limiter à la restauration collective gérées par des «personnes morales publiques», comme c'est actuellement inscrit dans le projet de loi.

Toutefois l'amendement prévoit une souplesse pour ces restaurants: il reporte de trois ans le délai pour atteindre les objectifs fixés, c'est-à-dire au 1er janvier 2025.


Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le groupe Cooperl peut compter sur l’engagement du ministère de l’Economie, des Finances et de la Relance pour assurer la pérennité des activités et de l’emploi

signifie Bercy dans un communiqué du 21 octobre.

Le chiffre de la semaine
2 000
D’ici 2023, le nombre de départs d’exploitant s’élèvera à 2 000 par an en Pays de la Loire.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui