L'Anjou Agricole 11 août 2017 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

Protéagineux : production en hausse malgré la baisse des surfaces

Début août, la production française de protéagineux (féveroles, pois protéagineux, lupins doux) est estimée à 1,02Mt.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Actuagri

La production française de protéagineux (féveroles, pois protéagineux, lupins doux) est jugée en hausse de 24 t par rapport à la dernière estimation du 1er juillet, selon la dernière note de conjoncture du service de statistique du ministère de l'Agriculture (Agreste) parue le 7 août.

 

La production est en hausse de 33% sur un an, et de 22% par rapport à la moyenne 2012-2016, malgré des surfaces en diminution (-3,8%). Les rendements progressent très nettement en pois protéagineux, à 37,7q/ha, en hausse de 2,2q/ha par rapport à la moyenne 2012-2016. Des résultats « satisfaisants », selon l'interprofession des huiles et protéines végétales (Terres Univia) dans un communiqué le 7 août. Les résultats sont en retrait de 3,6q/ha par rapport à la moyenne 2012-2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.