L'Anjou Agricole 28 juin 2018 a 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Protection des cultures : travail de groupe et indépendance

Des atouts pour progresser

Abonnez-vous Reagir Imprimer
Bruno Poupart (à gauche) a reçu des membres de la commission environnement sur son exploitation à Charcé-Saint-Ellier.
Bruno Poupart (à gauche) a reçu des membres de la commission environnement sur son exploitation à Charcé-Saint-Ellier. - © AA

Pour les associés de la SCEA la Bigotterie, à Charcé-Saint- Ellier, les progrès techniques et économiques passent par le travail en groupe. « Nous fonctionnons de cette façon depuis longtemps », explique Bruno Poupart à des membres de la commission environnement de la FDSEA, venus échanger sur sa stratégie phytosanitaire. « Des partages d’expérience, des essais, des visites sur le terrain, des formations. » Une ouverture d’esprit et une recherche permanente de progrès qui ont abouti, par exemple, à abandonner le labour pour privilégier un travail très superficiel du lit de semences...

 

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 29 juin 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.