L'Anjou Agricole 20 avril 2017 a 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Quand la Préfecture bulle, les agriculteurs moussent ...

Alors que le verdict des élections présidentielles va bientôt tomber, la FDSEA et les Jeunes Agriculteurs ont souhaité, à leur manière, remettre les problématiques agricoles au cœur du débat.

Abonnez-vous Reagir Imprimer
La préfecture d'Angers ensevelie sous la mousse lors de l'action syndicale de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs du mardi 18 avril.
La préfecture d'Angers ensevelie sous la mousse lors de l'action syndicale de la FDSEA et des Jeunes agriculteurs du mardi 18 avril. - © AA

Mardi soir, la préfecture d’Angers avait des airs de grande marée, ou de boite de nuit, tout dépend des références de chacun. A l’appel de la FDSEA et des JA, 150 agriculteurs ont sorti les grands moyens et ont « emmoussé » le parvis de la Préfecture. Une façon originale d’alerter sur la situation de l’agriculture et montrer que l’agriculture est « lessivée » et qu’un « grand ménage de printemps » s’impose.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou Agricole du 21 avril 2017 en cliquant sur le lien.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions emises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se reserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et reglements en vigueur, et decline toute responsabilite quant aux opinions emises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

Voir tous

la phrase de la semaine

Compte tenu du contexte sanitaire et social actuel, les dons de lait sont plus que jamais vitaux pour fournir l’aide alimentaire

ont indiqué Les Restos du Coeur. Les agriculteurs concernés ont jusqu’au 15 février pour effectuer un don à une association habilitée.

Le chiffre de la semaine
600 millions d'euros
le relèvement du SRP (Seuil de Revente à Perte) de 10% a permis un gain de 600 millions d’euros pour la distribution qui auraient dû, en toute logique, se retrouver dans les cours de fermes.