L'Anjou Agricole 21 avril 2017 à 14h00 | Par L'Anjou Agricole

Quatre axes pour le nouveau plan EcoAntibio 2

Publié le 19 avril, EcoAntibio 2 se décline en 4 axes dans le but de pérenniser la tendance à la baisse de l'exposition des animaux aux antibiotiques.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Stéphane le Foll a annoncé le 19 avril la publication de son plan EcoAntibio 2, qui succède au plan EcoAntibio sur la période 2017-2020.
Stéphane le Foll a annoncé le 19 avril la publication de son plan EcoAntibio 2, qui succède au plan EcoAntibio sur la période 2017-2020. - © AA

Le nouveau plan vise à maintenir dans la durée la tendance à la baisse de l’exposition des animaux aux antibiotiques.

 

Il se décline en quatre axes :

1. Développer les mesures de prévention des maladies infectieuses et faciliter le recours aux traitements alternatifs.

2. Communiquer et former sur les enjeux de lutte contre l’antibiorésistance, sur la prescription raisonnée des antibiotiques et sur les autres moyens de maîtrise des maladies infectieuses.

3. Des outils partagés : Mettre à disposition des outils d’évaluation et de suivi du recours aux antibiotiques, ainsi que des outils pour leur prescription et administration responsables.

4. Des efforts partagés : S’assurer de la bonne application des règles de bon usage au niveau national et favoriser leur adoption aux niveaux européen et international.

20% de recul à l'exposition en 4 ans

Le plan EcoAntibio a donné de bons résultats avec un recul de l'exposition des animaux aux antibiotiques de 20% sur les quatre premières années (2012-2015). L'exposition aux antibiotiques critiques à quant à elle diminué de 21% en deux ans (2014-2015). Des résultats « rendus possibles par l'engagement de tous les acteurs : éleveurs, vétérinaires, organisations agricoles, groupements de défense sanitaire, pouvoirs publics », indique le communiqué.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui