L'Anjou Agricole 03 mars 2017 à 09h00 | Par L'Anjou Agricole

Quatre syndicats agricoles contre le «prosélytisme orchestré autour du véganisme»

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Affiche du Salon de l'agriculture, dans le métro parisien, présentant des slogans anti-viande.
Affiche du Salon de l'agriculture, dans le métro parisien, présentant des slogans anti-viande. - © François d'Alteroche

Les Jeunes agriculteurs, la Coordination rurale, la FNSEA et la Confédération paysanne ont signé, le 2 mars un communiqué, demandant «ensemble le respect de nos métiers», et dénonçant «le prosélytisme orchestré autour du véganisme».

Les syndicats ne veulent pas dénoncer le véganisme, mais observent que «le Salon international de l'agriculture semble être une occasion de choix pour plusieurs associations vegan d'intensifier leur campagne de culpabilisation des consommateurs et de stigmatisation des éleveurs». Pour les syndicats, «la majorité des Français mangent de la viande, l'apprécient et entendent continuer à le faire. Les éleveurs travaillent au quotidien avec leurs animaux, et les respectent en appliquant scrupuleusement les normes européennes et françaises.»

Ils reconnaissent que «des abus existent dans certains abattoirs et nous les dénonçons. Mais ces abus ne représentent pas l'ensemble des situations ni l'ensemble de la production. Les associations qui prônent l'arrêt complet de l'élevage se trompent de combat». Ils demandent «ensemble le respect de nos métiers» et dénoncent «les insultes proférées en direction des éleveuses et des éleveurs par une minorité de provocateurs»

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui