L'Anjou Agricole 28 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Récolte du blé : de 30 à 50 q/ha en moins

A Genneteil, la récolte du blé est catastrophique pour les céréaliers Patrick Treille et son fils Fabien. Constat malheureusement partagé dans le département.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
« La meilleure parcelle monte à 67 q/ha… », explique Fabien Treille, exploitant à Genneteil.
« La meilleure parcelle monte à 67 q/ha… », explique Fabien Treille, exploitant à Genneteil. - © AA

« Mon père n’a jamais connu des rendements aussi bas », s’alarme Fabien Treille, jeune installé à proximité de l’exploitation céréalière de son père Patrick. En pleine moisson depuis une bonne semaine, il évalue les pertes de rendement à 30 q/ha en moyenne, allant jusqu’à 50 q/ha dans certaines parcelles. « La meilleure parcelle monte à ­67 q/ha… »


Mauvaise récolte insoupçonnée
« On ne s’attendait pas du tout à ce que la récolte soit catastrophique, poursuit le jeune céréalier. Le blé était si beau il y a un mois et demi, juste avant l’arrivée des pluies. » Si bien que père et fils avaient misé sur un potentiel de rendement de 90 q/ha, les poussant à investir dans le dernier traitement fongicide contre la fusariose et au niveau de la fertilisation, dans le dernier apport d’azote. Résultat : avec des charges opérationnelles comprises entre 450 et 500 euros par hectare auxquelles s’ajoutent encore les charges structurelles, « il ne nous restera rien, sauf si le prix des céréales remonte courant de l’année », annonce Fabien Treille. Qui plus est, avec des PS allant de 66 à 77 kg/hL, ce dernier ne compte à priori pas sur ces valeurs pour recevoir un reversement de la coopérative… Comment financer les approvisionnements de la prochaine campagne ? Telle est la question qui taraude bien des agriculteurs...

 

Plus d'informations dans l'Anjou agricole du 29 juillet 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.