L'Anjou Agricole 12 juin 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Règlement bio : les organisations françaises pointent leurs « lignes rouges »

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les organisations françaises engagées dans l'agriculture biologique refusent un règlement bio qui étend la culture en bacs, accorde des dérogations au contrôle annuel et pousse à des seuils de déclassement.
Les organisations françaises engagées dans l'agriculture biologique refusent un règlement bio qui étend la culture en bacs, accorde des dérogations au contrôle annuel et pousse à des seuils de déclassement. - © AA

Le projet de révision du règlement bio doit être abandonné tant qu'il franchit les « lignes rouges », ont estimé le 9 juin les organisations françaises engagées dans l'agriculture biologique (APCA, Cebio, Coop de France, Fnab, Synabio, Synadis Bio). « On ne voit pas d'évolution positive pour maintenir cette révision » de la législation européenne, a déclaré en conférence de presse Etienne Gangneron, référent bio aux chambres d'agriculture. Les organisations appellent le ministre de l'Agriculture Jacques Mézard à « faire entendre un message clair au Conseil » agricole du 12 juin en réaffirmant trois lignes rouges, selon un communiqué commun. Elles refusent un règlement bio qui étend la culture en bacs, accorde des dérogations au contrôle annuel et pousse à des seuils de déclassement. Leur souhait est de « maintenir les exigences » de la législation actuelle, a souligné Jean Verdier, président du Synabio. Le lien au sol, présenté comme « la clé de voûte de l'agriculture bio », en fait partie. Au sujet de l'allègement des contrôles, la crainte est que cela puisse « remettre en cause des accords commerciaux », a expliqué Michel Reynaud (Cebio), ou encore « abimer la confiance des consommateurs », selon Francis Valluet (Synadis Bio).

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui