L'Anjou Agricole 03 mai 2018 à 15h00 | Par L'Anjou Agricole

Relations de nouveau coupées entre le ministère de l'Agriculture et les Régions

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Les relations Etat-Régions sont de nouveau coupées depuis fin mars dans le cadre de la réforme de l'apprentissage.
Les relations Etat-Régions sont de nouveau coupées depuis fin mars dans le cadre de la réforme de l'apprentissage. - © Jean Nanteuil

Les Régions de France n'ont pas assisté à la réunion, le 2 mai, du Conseil supérieur d'orientation de l'économie agricole (CSO), au cours de laquelle le ministère a présenté l'usage du transfert budgétaire du 1er pilier de la Pac vers le 2nd, le volet agricole du Grand plan d'investissement et le plan Ambition Bio 2022.

Cette absence ne tient pas uniquement au dossier agricole ; après un premier gel en septembre, les relations Etat-Régions sont de nouveau coupées depuis fin mars dans le cadre de la réforme de l'apprentissage. « C'est une accumulation d'incompréhensions sur la méthode - un manque de concertation - et sur le fond - la recentralisation en cours », indiquent les Régions de France.

Une réunion entre le ministère de l'Agriculture et les Régions avait déjà été refusée fin mars par ces dernières, au motif que le jour de la réunion proposé par le ministère correspondait à la date limite de notification à Bruxelles de l'usage que Paris devait faire du transfert budgétaire du 1er pilier de la Pac vers le 2nd, un dossier crucial pour les Régions. « Ce n'est pas du dialogue, c'est ce qui s'appelle être mis au pied du mur », réagit-on chez les Régions de France. « Nous n'avons pas la même définition du dialogue ».

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui