L'Anjou Agricole 14 janvier 2020 à 12h00 | Par AA

Remplacer et apprendre

Nicolas Berder est seul sur son exploitation laitière de 41 ha. Seul ? Pas totalement. Depuis juillet 2019, il accueille sur son exploitation un jeune en formation, Antonin Neau.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Dans le cadre du parcours d’Antonin Neau, 13 semaines sont réalisées au sein du centre de formation des Trinottières, où sont dispensés des apprentissages théoriques sur l’élevage laitier. L’étudiant  réalise un certificat de spécialisation laitier (CS lait), option robot de traite.

La force du terrain
Pour mettre en application les savoirs de l’apprenant, 24 semaines sur les 52 s’effectuent dans des fermes supports. L’exploitation de Nicolas Berder est une des deux fermes supports d’Antonin Neau, qui y passe 8 semaines sur les 24. Il s’occupe du troupeau et des cultures, principalement des céréales et du maïs. L’exploitation de 41 ha est composée pour moitié de prairies, le reste étant des cultures. Pas suffisant pour occuper pleinement Antonin Neau, c’est pourquoi son temps est partagé entre deux fermes supports. Le jeune étudiant peut ainsi développer des compétences dans la gestion d’exploitation laitière et se former à l’utilisation du robot de traite Lely
Astronaut A4 utilisé par l’agriculteur pour ses prim’holstein. 10 semaines en service de remplacement viennent se greffer sur la formation, le plus souvent effectuées lors des vacances scolaires. Ces journées permettent aux agriculteurs y ayant recours de se dégager du temps, et à Antonin Neau de varier les expériences et de découvrir une grande diversité d’exploitations. L’étudiant est ravi de cette formation : « le CS lait me permet de me spécialiser en production laitière. Et le service de remplacement, c’est parfait pour voir une grande diversité d’exploitations, et donc diverses utilisations d’un robot de traite notamment ».

Se former avant de s’installer
Si « l’objectif est de le former », pour Nicolas Berder, cela permet également à l’exploitation « d’avoir un complément de main-d’œuvre ». « Lorsqu’on est seul, ce n’est pas toujours évident d’entreprendre de nouveaux projets », reconnait l’exploitant. Ainsi, la présence d’Antonin Neau, même partielle, lui permet d’entrevoir la réalisation de certains travaux plus sereinement. De plus, « avec le CS lait, Antonin est très autonome, compétent, disponible. Je le connais et je n’ai pas de crainte à le laisser s’occuper de mon entreprise ». Antonin Neau, qui réalise cette formation suite à un BTS Acse, a pour projet de s’installer à la suite de son père, exploitant à Saint-Florent-le-Vieil.
« Mon père a des prim’holstein, une race qui s’adapte très bien au robot de traite », remarque l’étudiant. De plus, Nicolas Berder peut également faire appel à Antonin Neau dans le cadre du service de remplacement. « Un réel confort, on n’est pas obligé d’expliquer à chaque fois comment fonctionne notre exploitation ». Ainsi, formateur et apprenant
se montrent satisfaits de cette relation, gagnant-gagnant.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

La réduction des produits phytosanitaires est un combat de tous les jours. Tout le monde doit travailler main dans la main, et il est primordial de penser et d’agir de manière systémique,

a dit Benoit Jeannequin, de l’Inrae, lors du colloque sur les cultures spécialisées économes en phytosanitaires, jeudi 16 janvier à Angers.

Le chiffre de la semaine
10 000
C'est le nombre de foyers (hors chauffage), dont la consommation d'énergie sera couverte par le Parc éolien de l'Hyrôme, composé de 5 éoliennes entre Chanzeaux et Valanjou. Démarrage prévu en mars.