L'Anjou Agricole 07 juillet 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Retard dans la floraison, la récolte repoussée de deux semaines

Avec un hiver doux, un printemps plutôt froid et un début d’été pluvieux, la floraison a pris du retard dans les vergers. Reportage dans une exploitation de pommes à cidre.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En plus des retards de floraison dus à un début d’hiver plutôt doux et des mois de février et mars froids, la pluie a fortement augmenté le risque de maladie des arbres.
En plus des retards de floraison dus à un début d’hiver plutôt doux et des mois de février et mars froids, la pluie a fortement augmenté le risque de maladie des arbres. - © AA

Cette année, tout comme en 2013, le temps n’a pas joué en faveur des vergers. « Pour les judeline et les judaine, qui sont des variétés à floraison précoce, celle-ci s’est effectuée aux alentours du 5 mai, alors qu’elle a eu lieu le 18 avril l’année dernière, explique Emile Leclerc, arboriculteur au sein du Gaec de la Poulinière, situé sur la commune de Saint-Martin-du-Bois. Pour des variétés à floraison tardive, on était en floraison le 5 mai l’année dernière. Elle s’est déroulée vers le 20 mai cette année. Bref, il y a un retard de deux à trois semaines, quelle que soit la variété. »
En cause : un début d’hiver doux, provocant même une floraison précoce dans le courant de l’automne, empêchant l’arrivée de nombreuses fleurs sur l’année suivante, mais aussi des mois de février et mars particulièrement froids, ralentissant la floraison des pommiers.

 

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 8 juillet.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Cette action de délation gratuite et sans fondement est indigne d’une organisation internationale comme Greenpeace.

s’indigne C. Morançais, présidente du Conseil régional, suite à une campagne de Greenpeace recensant de manière péjorative des fermes qui ne correspondent pas à leur vision de modèle agricole

Le chiffre de la semaine
1,20
Le 3 décembre, l’Assemblée nationale a confirmé une exonération de charges pour les employeurs de saisonniers agricoles, avec un seuil de 1,20 Smic pour 2019 et 2020.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui