L'Anjou Agricole 28 octobre 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Retraites agricoles: S. Le Foll favorable à un calcul sur les 25 meilleures années

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © Guillaume Perrin

Lors d'un débat public, le 27 octobre à l'assemblée nationale, portant sur le projet de loi de finances 2017, le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll s'est dit favorable à un calcul des retraites des agriculteurs sur les 25 meilleures années de leur carrière, « comme c'est le cas pour les (travailleurs) indépendants » ; il s'agit d'une demande de longue date de la FNSEA ; la retraite est actuellement calculée sur l'ensemble de la carrière. Stéphane Le Foll a annoncé par ailleurs qu'une « grande conférence » sera organisée sur les retraites agricoles au mois de novembre, qui portera notamment sur leur financement. Le ministre de l'Agriculture, qui s'était fixé comme objectif que les retraites agricoles atteignent au minimum 75 % du Smic en 2017, est confronté à une baisse des recettes escomptées pour financer cet objectif ; notamment pour une mesure prise en 2014 qui visait à réduire des optimisations de cotisations sociales, dont les recettes sont d'environ 35 M€ contre 170 M€ attendus. Outre le calcul sur les 25 meilleures années, le ministre a annoncé qu'il plaidera lors de cette conférence pour une augmentation des cotisations ; il a évoqué un besoin d'une augmentation de 2 points des cotisations sur trois ans.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui