L'Anjou Agricole 18 mai 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Réussir ses prairies avec les implantations sous couvert

Près d'une centaine d'agriculteurs se sont rendus vendredi 12 mai à la demi-journée bout de champ de la ferme expérimentale de Thorigné-d'Anjou.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Implanter des prairies sous couvert permet de gagner du temps à l'échelle de la rotation et de s'affranchir du risque de fort salissement de la prairie en 1ère année », explique Bertrand Daveau, ingénieur recherche et développement pour la ferme expérimentale de Thorigné-d'Anjou. L'équipe de la ferme a présenté  ses résultats lors d'un bout de champ, vendredi 12 mai. Suite aux conclusions d'essais conduits en micro parcelles, la ferme a opté pour l'implantation de prairies à flore variée sous couvert d'une association céréales-protéagineux. Sont donc implantés à la fois du triticale, du pois fourrager, de la vesce et un mélange de graminées et de légumineuses.Technique facilitée depuis 2 ans grâce à l'acquisition d'un semoir à double caisson. Les parcelles sont semées entre le 10 et 20 octobre. Le choix de la date ? « Un compromis entre la prairie et les céréales », explique Bertrand Daveau. Le mélange céréalier est récolté en ensilage vers le 15 juin et « la parcelle peut être pâturée 1 à 3 mois plus tard suivant la sécheresse estivale », remarque l'ingénieur. La présence du couvert prairial n'affecte pas les rendements de l'association de 8 tonnes de matière sèche/hectare en grandes parcelles.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 19 mai 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui