L'Anjou Agricole 06 juillet 2017 à 08h00 | Par a

Robot transporteur : alléger la pénibilité

L’EARL Christophe Brouard, à Chalonnes-sur-Loire, a accueilli en démonstration le robot transporteur Effibot : une aide pour la manutention et la réduction de la pénibilité, particulièrement adaptée à la viticulture.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« En viticulture, la tendance générale est à la hausse de la demande sur la robotisation », introduit Philippe Michard, distributeur de robots pour Maviho, dont Effibot, conçu par Effidence, robot transporteur et de manutention.

Transporter jusqu’à 350 kg
Le robot Effibot se veut une solution pour le maraîchage, l’horticulture et la viticulture. Concrètement, c’est un robot transporteur qui limitera la pénibilité liée au port de charges : outils, récolte, matériel. Il est équipé d’un plateau de dimensions 66 cm par 127 cm. La capacité de charge est de maximum 350 kg. « La limite de ce robot est que la taille du plateau ne sera que peu modifiable, puisque le capteur doit pouvoir être à proximité de l’environnement proche du robot », complète Philippe Michard. Un capteur ? « Le robot détecte son “opérateur” grâce à un laser 360°. Une fois celui-ci identifié,  c’est-à-dire une fois que l’utilisateur a appuyé sur le bouton, le robot le suit ou le précède automatiquement. L’ergonomie est vraimentr très simple ». Mais le robot Effibot dispose aussi d’un système de navigation autonome, qui lui permet un retour automatique en bout de rang ou en bordure de parcelle. « Il faut juste que la végétation autour de lui soit assez haute : il se repère aux masses. Il va ensuite seul jusqu’à l’autre extrémité, et il s’arrête à une distance prédéfinie ». Une télécommande permet aussi de diriger le robot, notamment pour les manœuvres et la montée ou la descente d’un véhicule. Mais l’objectif reste le fonctionnement en autonomie. Quant à la sécurité, le robot permet de régler au besoin la distance d’arrêt face à un obstacle, « par sécurité, elle est bloquée à 20/25 cm ».

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 7 juillet 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui