L'Anjou Agricole 02 juillet 2020 à 14h00 | Par AA

S’appuyer sur l’innovation pour surmonter la crise

Interview de Séverine Darsonville, agricultrice dans le Puy-de-Dôme, présidente de Vegepolys Valley.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

Quels sont les impacts de la crise sanitaire sur les adhérents de Vegepolys Valley ?
Séverine Darsonville : les impacts sont divers, puisque Vegepolys Valley rassemble de nombreuses filières du végétal. Tous les métiers du végétal n’ont pas été impactés de la même manière. Les plus impactées sont les filières horticoles et viticoles. Les moins impactés sont les filières agro-alimentaires et semencières. Les filières horticoles ont vu leurs points de vente fermer et se réduire, donc leur activité a été fortement impactée surtout pour l’horticole d’ornement, un peu moins pour les productions de plants potagers. En viticulture, la majorité de la consommation se fait hors foyer, donc la filière a subi une crise importante liée à la fermeture des restaurants et événements. D’autant plus que la récolte 2020 s’annonce conséquente. Il va y avoir un problème de place dans les chais.


Vegepolys Valley lance le “parcours du déconfiné” pour stimuler les projets de développement et d’innovation. De quoi s’agit-il concrètement ?
Le parcours du déconfiné est un service aux entreprises. Il s’agit de les aider à rebondir plus vite, c’est-à-dire les accompagner dans le montage des aides qui peuvent leur être octroyées de la part de l’Etat, de la Région, des collectivités... apporter aussi un soutien, une étude prospective, économique sur  la manière de s’organiser au mieux pour l’après-confinement. Il s’agit vraiment de donner des clés aux adhérents pour savoir comment remettre leur entreprise en route.


En quoi l’innovation peut-elle aider les entreprises à passer la crise ?
L’innovation, c’est inventer le monde de demain, avec ou sans crise. Quand une crise vient chambouler la façon dont on vit, la façon dont la société est organisée, forcément l’innovation est pertinente car on pense qu’il va falloir inventer plus qu’avant. Le monde de demain, il va falloir y mettre un peu plus d’innovation que ce qu’on y mettait auparavant. L’innovation consiste notamment à trouver des solutions de production plus résilientes, plus durables, pour préparer le changement de société et correspondre aux attentes sociétales.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Le relèvement du seuil de revente à perte de 10 % et l’encadrement des promotions sur les produits alimentaires Loi Egalim semble avoir mis un terme à la baisse des prix des produits alimentaires en général

estime Céline Bonnet, chercheur à la Toulouse School of Economics dans son rapport d’évaluation que le gouvernement a remis au parlement le 30 septembre.

Le chiffre de la semaine
45 %
des poulets consommés en France viennent de l’étranger.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 20 unes régionales aujourd'hui