L'Anjou Agricole 26 janvier 2017 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Santé animale : « Envisager l’élevage autrement »

Élevage Conseil Loire Anjou organisait mardi 24 janvier, une journée Rendez-vous lait à Feneu, autour de la réduction de l’usage des antibiotiques dans les élevages. Parmi les pistes abordées : la prévention et l’usage de médecines complémentaires.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

« Mieux vaut prévenir que guérir », tel était le mot d’ordre de Céline Peudpièce, vétérinaire pour Élevage Conseil Loire Anjou, lors de la journée des Rendez-vous de l’élevage lait du 24 janvier qui se déroulait à Feneu. « Au vu de l’état actuel de l’antibiorésistance, il est impératif que tous les intervenants, y compris les éleveurs, réfléchissent à d’autres moyens de combattre les maladies afin de pouvoir envisager l’élevage autrement », continue cette spécialiste des médecines complémentaires. Une cinquantaine d’agriculteurs était venue écouter les propos de la vétérinaire qui s’alignaient sur trois axes de travail : comment faire pour que le cheptel tombe moins malade, comment utiliser au mieux les antibiotiques et quels traitements utiliser pour pallier l’usage d’antibiotiques quand cela est possible.

UTILISER AU MIEUX LES ANTIBIOTIQUES
Sur ce dernier point, la vétérinaire est claire : « avant d’administrer le traitement, il faut absolument se demander si on en a réellement besoin et surtout ne pas donner d’antibiotiques “en couverture”. En faisant cela, on traite quelque chose qui n’est pas là et on abîme la flore intestinale de l’animal, le rendant plus fragile et laissant de la place aux bactéries pathogènes pour se multiplier. » Afin de savoir contre quoi agir, Céline Peudpièce préconise des analyses sur les animaux malades. « Un kit diarrhée peut parfois suffire », ajoute-t-elle. Pour les cas plus spécifiques, le recours à un PCR (Polymerase chain reaction) peut être envisagé.

 

Retrouvez l'intégralité de l'article dans l'Anjou agricole du 27 janvier 2017.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

Les ARTICLES LES PLUS...

Voir tous

la phrase de la semaine

L’Inra et l’Irstea devront fusionner en janvier 2020

ont annoncé le 17 octobre la ministre de la Recherche, Frédérique Vidal, et le nouveau ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume.

Le chiffre de la semaine
3 158 €
Lors de la vente de reproducteurs rouge des prés du Domaine des Rues à Chenillé-Changé, mercredi 17 octobre, 19 taureaux sur 26 ont trouvé preneur, pour un prix moyen de 3 158 euros.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui