L'Anjou Agricole 07 août 2019 à 15h00 | Par AA

Sécheresse : les vignes plus ou moins affectées

Si, globalement, le vignoble d’Anjou n’a pas été très impacté par la canicule, le cas des jeunes plants et des vignes contaminées par les maladies du bois est bien différent.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
Jeune plant de chenin affaibli par la sécheresse, dans les Côteaux-du-Layon.
Jeune plant de chenin affaibli par la sécheresse, dans les Côteaux-du-Layon. - © G. Gastaldi

Lundi 5 août, dans le cadre de la mission d’enquête “calamités agricoles” organisée sous l’égide des services préfectoraux de Maine-et-Loire (voir la page 3), deux domaines viticoles ont été inspectés. L’un à Faye-d’Anjou, l’autre à Saint-Macaire-du-Bois. « Dans chaque exploitation, l’impact est notable sur 1 à 2 ha de vignoble : les feuilles des jeunes plants sont desséchées, elles tombent ; la croissance des ceps a été stoppée », décrit Guillaume Gastaldi, de la Chambre d’agriculture des Pays-de-la-Loire, expert viticole au sein de la mission, qui situe entre 10 et 20 % le risque de destruction de récolte. Les manquants seront remplacés au printemps, si les conditions ne sont ni trop humides, ni trop sèches. « Tout compris, le coût de la replantation oscille entre 4 et 10 euros par plant », estime l’expert.

S’agissant des vignes adultes, la sécheresse a précipité la manifestation des symptômes de maladies du bois (esca et BDA). Le phénomène a été observé dans le Haut-Layon, en particulier. « Le stress hydrique entraîne la formation de cavitations dans les vaisseaux du bois ; ces poches d’air sont colonisées par les champignons pathogènes », analyse Guillaume Gastaldi.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Nous, on est là pour accélérer le fait que l’on mange bien en France

a déclaré vendredi dernier Richard Ramos, député du Loiret qui vient de déposer un amendement qui vise à établir une taxe sur les nitrites

Le chiffre de la semaine
700 000
Lubrizol : 700 000 litres de lait jetés par jourpendant 16 jours.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 22 unes régionales aujourd'hui