L'Anjou Agricole 26 mars 2018 à 10h00 | Par L'Anjou Agricole

Sécuriser son autonomie fourragère, est-ce possible ?

En 2018, les assureurs ont pour objectif d'affiner la technologie permettant le suivi satellitaire de la pousse de l'herbe dans le cadre de l'assurance fourrage.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA - DR

Le contrat d'assurance fourrages s'adresse aux éleveurs afin de couvrir la perte de rendement d'herbe des prairies suite à un aléa climatique tel que la sécheresse, le gel, etc. (...) « Cette offre vise à sécuriser l'autonomie fourragère des exploitations et permet de racheter du fourrage en cas
de déficit, sans puiser dans les stocks et sans avancer de trésorerie, à des périodes qui sont souvent critiques, avec des prix connaissant une forte inflation ». (...) L'expertise humaine est difficile pour estimer la production des prairies. « C'est pourquoi l'expertise traditionnelle
a été remplacée par un suivi satellitaire des régions herbagères, assuré par Airbus. Les capteurs repèrent les biomasses,la typographie, les prairies...», explique Aurore Colnet, chef de produit technique sur le marché agricole. (...)

Retrouvez l'intégralité de l'article dans le supplément Pac 2018, encarté avec l'Anjou Agricole du vendredi 30 mars 2018.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui