L'Anjou Agricole 21 octobre 2020 à 11h00 | Par AA

Semis de blé : tous au couvert !

À Meigné-le-Vicomte, Vincent Brulé sème 50 ha de blé sous couvert permanent. Un premier essai pour cet agriculteur de conservation, satisfait des conditions de semis.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © AA

À la manière d’une prairie pour un éleveur, le couvert est la pièce maîtresse d’un système en agriculture de conservation. À croire que le sol est pudique, et déteste être à nu.

Trèfle et blé
Chantre des couverts, Vincent Brulé est constamment à la recherche d’innovations et d’efficacité. Cette année, le blé est semé dans du colza, du trèfle blanc, du lotier et du trèfle violet, sur 50 ha. « Le colza, c’est les repousses de l’an dernier. J’ai broyé 2 fois depuis la récolte du colza, pour calmer le couvert », détaille Vincent Brulé. C’est toute la difficulté de ce type de semis. À la manière d’un funambule, l’agriculteur de conservation doit trouver le juste équilibre entre un couvert dense et bien réparti, qui étouffe les adventices, et un couvert qui laisse se développer le blé. Pour ce faire, le glyphosate est l’allié de Vincent Brulé. Avec, si besoin, un petit coup d’Allié, justement. Pour réussir un tel semis, il faut augmenter la densité. « On maximise nos chances de réussite, car il y a beaucoup de grains qui se perdent dans la couche de sol supérieure, composée en grande partie de matière organique en décomposition », explique l’agriculteur. En effet, les graines sont déposées dans un fin sillon, à 2 cm de la surface. L’astuce de l’agriculteur pour une bonne levée ? « 50 kg/ ha de super 45, qui agit comme un booster ». Pour les besoins en azote, ceux-ci sont en partie apportés par les légumineuses du couvert, meilleure famille pour les couverts permanents selon Vincent Brulé. « Ça repousse quand on coupe, et cela apporte de l’azote. Il faut une diversité de légumineuses pour une bonne couverture dans le temps et l’espace », détaille-til. Derrière le blé, le couvert sera donc déjà implanté.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Tout doit être mis en oeuvre pour éviter une crise dans la filière lait bio. Si elle survenait, le lait bio non valorisé serait déclassé et viendrait, par effet domino, déstabilisé le marché du lait conventionnel.

avertit Jacques Mousseau, président de la section agriculture biologique de la FRSEA Pays de la Loire, dans un communiqué du 26 novembre.

Le chiffre de la semaine
6 millions
de sapins de Noël sont vendus chaque année en France, dont 80 % sont issus de la production française.