L'Anjou Agricole 07 mars 2018 à 11h00 | Par L'Anjou Agricole

SIE : les producteurs de grandes cultures dénoncent le choix de l'échelon départemental

Abonnez-vous Réagir Imprimer
- © JC Gutner

L’AGPB, l’AGPM, la CGB, la FNSEA et la Fop dénoncent, dans un communiqué le 6 mars, la décision du gouvernement français de définir à l'échelle départementale la période de présence des intercultures SIE. Dans le cadre de la simplification de Pac, la date limite de semis des intercultures comptabilisées en SIE est remplacée par une période de présence obligatoire d’au moins 8 semaines, qui peut être définie à l’échelle nationale, régionale ou individuelle, expliquent les cinq organisations, favorables à cette dernière option. La France a choisi l’échelon départemental. La période de présence obligatoire sera définie par les CDOA (Comités départementaux d’orientation agricole). Selon ces organisations : le choix départemental de la période de présence des intercultures SIE peut se heurter à un calendrier différent dans certaines exploitations. Elles craignent que certains agriculteurs ne soient contraints à modifier tardivement le choix de la culture qui suivrait les SIE pour s'adapter à la période choisie. Ou pire que certaines ne parviennent pas à s’adapter et n’implantent pas de SIE, ce qui conduirait à la mise en jachère de « dizaines de milliers d’hectares ». L’AGPB, l’AGPM, la CGB, la FNSEA et la Fop réclament pour 2018 des avances de trésorerie « afin d’éviter tour retard de paiement si la période choisie par le département dépasse la date du 15 octobre », laquelle correspond au début de versement des aides Pac.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

5 % d’augmentation des tarifs de vente des produits laitiers aux distributeurs par les transformateurs permettraient d’atteindre le prix de revient moyen calculé par l’interprofession (396 euros/1 000 litres toutes primes confondues). À condition que ces 5 % soient identifi és en toute transparencedans les négociations commerciales. »

a réagi la FNPL suite à la déclaration du président du groupe Intermarché qui s’est engagé à « accepter des hausses de prix », réclamées par les industriels aux GMS

Le chiffre de la semaine
17 %
ENVIRON 200 VOLS ET INFRACTIONS ONT TOUCHÉ LES EXPLOITATIONS AGRICOLES, SOIT UNE BAISSE DE 17 % PAR RAPPORT À 2017.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui