L'Anjou Agricole 27 février 2019 à 20h00 | Par Romain Devaux

Sima 2019 : échos des entreprises angevines présentes

En marge du Salon international de l'agriculture, le Sima refermera ses portes jeudi soir avec une estimation de fréquentation toujours aussi forte.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
230 000 visiteurs devraient avoir foulé les allées du Salon du machinisme à l'issue de cette édition.
230 000 visiteurs devraient avoir foulé les allées du Salon du machinisme à l'issue de cette édition. - © AA

Moins connu du grand public, le « Mondial des fournisseurs » reste le rendez-vous incontournable des agriculteurs adeptes des nouveautés technologiques. Et si le hall 2 du parc expo de Paris-Nord Villepinte (93) consent à faire défiler cette année 250 animaux dans le cadre du Simagena - où se retrouvent les spécialistes de la sélection génétique et de l'export de reproducteurs -, le Sima conserve depuis près d'un siècle sa notoriété internationale au travers la mise en vitrine de la machinerie agricole dernier cri. 9 entreprises y portent fièrement les couleurs du Maine-et-Loire, affichant tantôt des activités de services, tantôt des activités de construction et de vente de matériels. Retour des échanges avec quelques-unes d'entre elles, mardi sur le Salon.

 

« Le temps, c'est de l'argent »

« Notre produit accompagne au quotidien les utilisateurs vers une rentabilité horaire de leurs tâches, explique Matthieu Carpentier, cofondateur d'Aptimiz. Au final, l'analyse des données peut permettre de réorienter un système de production, voire d'envisager une embauche de salarié... »
« Notre produit accompagne au quotidien les utilisateurs vers une rentabilité horaire de leurs tâches, explique Matthieu Carpentier, cofondateur d'Aptimiz. Au final, l'analyse des données peut permettre de réorienter un système de production, voire d'envisager une embauche de salarié... » - © AA

Parmi elles, tout droit sortie de la tête de trois ingénieurs de l'Esa (tous fils d'agriculteurs), la start up Aptimiz et l'application du même nom créée en septembre dernier, ont pour vocation d'aider les exploitants à optimiser leur temps de travail. Basé sur le parcellaire Pac, agrémenté de données sur les terres non déclarées (bâtiments notamment), cet outil simple d'utilisation (un bouton on/off uniquement) s'appuie sur la géolocalisation de votre smartphone, enregistrant ainsi automatiquement le temps de travail passé sur chacun des ateliers. La jeune entreprise lui associe un site web proposant des fonctionnalités permettant d'analyser les données recueillies.

 

Linak (Beaucouzé) repousse la technologie du vérin

« Nous fêtons nos quarante ans d'existence... », se réjouit Olivier Laonet. Spécialisée dans la construction de vérin électrique - actionneur électrique linéaire, pour les puristes -, la société Linak d'origine danoise a implanté sa filiale française à Beaucouzé (20 salariés). « Le Can bus est devenu le langage commun entre le tracteur, les outils qu'il tracte, et tout ce qui est présent sur ces outils. Il faut faire avec », souligne-t-il. Et d'ajouter que dans le secteur agricole - l'un des principaux débouchés de Linak, avec le BTP -, il y a une vraie volonté d'aller vers l'électrification des outils.

 

JL Factory Projet (Bouchemaine) sous les projecteurs

Il en vend près de 6 000 par mois... En France, en Belgique, au Luxembourg, en Italie. Ses gyrophares, Jean-Pierre Guillan les connaît par coeur et peut en décliner leurs intérêts tour à tour. En 2015, il créé avec un associé chinois la SARL JL Factory Projet, spécialisée dans la signalétique à Led. « Nos produits sont de qualité supérieure, homologués R65 et normés CE », assure le gérant qui leur garantit une durée de vie de 10 000 h d'éclairage (ampoules Led plus durables que l'halogène, abandonné depuis 2 ans).

 

Une première pour Secmo (Les-Ponts-de-Cé)

Julien Guerenneur, gérant de Secmo.
Julien Guerenneur, gérant de Secmo. - © AA

« Nous sommes tous les ans présents au Sival. C'est une première pour nous d'avoir également cette année un stand au Sima », confie le dirigeant, Julien Guerenneur. Basée aux Ponts-de-Cé, l'entreprise Secmo est spécialisée dans la conception, l'intégration et la fabrication de ventilateurs. Elle sort de son atelier environ 1 000 à 1 500 modèles par an, livrés en kit aux constructeurs essentiellement français pour la partie agricole et BTP (ses plus gros clients), en vente directe à l'étranger pour sa clientèle de l'industrie. « Nous travaillons aussi en micro local avec des horticulteurs angevins par exemple, pour souffler les hortensias... », indique Julien Guerenneur.

 

A à Z performance (Allonnes) s'agrandit

La rédaction de documentation technique, la formation au sein des lignes de montage, le SAV (service après vente) sont de plus en plus externalisés. « Claas, Same Deutz Fahr, CNH, Bobcat... Nos clients préfèrent investir en interne sur leur pole d'ingénierie et nous déléguer ces domaines annexes », confie Julien Houdayer, gérant de l'entreprise A à Z performance, créée en 2010 à Allonnes. « Et ils sont tous au Sima » se réjouit-il réaffirmant, avec un chiffre d'affaires de 1,7 million d'euros à l'appui, la tendance à la sous-traitance dans les secteurs d'activités tels que le machinisme agricole, les travaux publics, le forestier, etc.

 

Actisol (Cholet) innove toujours dans l'intérêt des sols

Le rouleau de destruction des couverts végétaux Actisol s'adapte désormais aux grands espaces... « 10 ans après sa création, le Roll Krop est proposé sur le Salon en version repliable de 4 à 6 m, énumère Freddy Socheleau, gérant d'Actisol depuis deux ansSon action mécanique est une alternative à l'utilisation des produits phytosanitaires puisque la rotation spiroïdale des rouleaux montés en chevron procure une grande efficacité pour lacérer les végétaux. » Dernier sorti de ses ateliers à Cholet et présenté comme produit phare de cette édition, le Stell-Air est un outil mulcheur qui va permettre à l'agriculteur de travailler en rotation verticale sur les premiers cm.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

[Nous faisons] l’amer constat que la guerre des prix se poursuit entre les enseignes de la grande distribution.

La FNSEA, les JA, l’Ania et Coop de France demandent à l’administration d’« intensifier » les contrôles et de publier les sanctions prises grâce au dispositif du “name and shame”.

Le chiffre de la semaine
220
Dans le Maine-et-Loire en 2018, 220 installations ont vu le jour, dont 117 avec les aides. Pour 450 départs.

À LA UNE DANS LES RÉGIONS

» voir toutes 23 unes régionales aujourd'hui