L'Anjou Agricole 26 avril 2016 à 08h00 | Par L'Anjou Agricole

Simulation d'un foyer d'influenza aviaire en Anjou

Le nouveau plan Orsec de lutte contre les épizooties, validé fin 2014, a été testé mardi 26 avril. Les services de l'Etat ont simulé un cas d'influenza aviaire sur une exploitation avicole du Segréen.

Abonnez-vous Réagir Imprimer
En cas de détection d'un cas d'influenza aviaire sur une exploitation, des rotoluves sont mis en place par une entreprise spécialisée. Le rotoluve permet de désinfecter les voitures à chaque entrée et sortie de zone contaminée. Il se constitue de désinfectant et de paille.
En cas de détection d'un cas d'influenza aviaire sur une exploitation, des rotoluves sont mis en place par une entreprise spécialisée. Le rotoluve permet de désinfecter les voitures à chaque entrée et sortie de zone contaminée. Il se constitue de désinfectant et de paille. - © AA

Un cas d'influenza aviaire en Maine-et-Loire détecté ? Que feraient alors les services de l'Etat ? La préfecture du Maine-et-Loire a choisi cette maladie pour tester le nouveau plan Orsec de lutte contre les épizooties. Le plan a été validé en décembre 2014. L'exercice s'est déroulé mardi 26 avril dans une exploitation avicole près du Lion-d'Angers.
Le scénario ? L'éleveur s'alarme de symptômes des volailles de son élevage : troubles respiratoires, fièvre... Jeudi dernier, il appelle son vétérinaire sanitaire. « Celui-ci confirme les symptômes cliniques de l'influenza aviaire, il contacte alors la DDPP », explique Didier Boisseleau, directeur départemental de la protection des populations, en charge de l'exercice. Des fluides corporels sont alors prélevés sur les animaux vivants dès le vendredi. Les prélèvements sont analysés dans un laboratoire régional, à Nantes.

Barrières sanitaires
« Si le résultat est positif, les prélèvements sont à nouveau analysés par le laboratoire de référence de la maladie à Ploufragan, en Bretagne. » Dans l'exercice, les résultats positifs pour un cas de H5N1 sont communiqués lundi à la DDPP. « Dès que nous avons la confirmation du cas d'influenza aviaire, nous procédons au blocage de l'exploitation. » Le but : éradiquer le virus. Dans le scénario angevin, l'exploitation a 4 bâtiments de poulets labels. Vu la disposition des bâtiments, aucun risque n'est pris. « Tous les animaux seront abattus. » Mais avant, des mesures de biosécurité sont mises en place.

Retrouvez l'intégralité de l'article dans L'Anjou agricole du 29 avril 2016.

Réagissez à cet article

Attention, vous devez être connecté en tant que
membre du site pour saisir un commentaire.

Connectez-vous Créez un compte ou

Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. L'Anjou Agricole se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises,

la phrase de la semaine

Si l’on change toutes les règles, qu’on demande des sacrifices et que derrière on continue à bâtir des accords commerciaux avec des pays du monde […] qui ne font pas les mêmes efforts, on est des fous !

Dans une interview accordée à la revue Le Grand Continent le 12 novembre, Emmanuel Macron est revenu sur son projet en matière de transition écologique dans le secteur agricole.

Le chiffre de la semaine
56 %
des éleveurs de veaux de boucherie déclarent utiliser des MCA (Médecines complémentaires et alternatives), selon une étude de l’Institut de l’élevage (Idele) parue le 20 octobre.